La Seine-Saint-Denis, encore une banlieue dans le Grand Paris ?

Serisier-Couverture-519x420

De quoi la Seine-Saint-Denis est-elle le nom ?

Périmètre administratif construit de manière géopolitique par les élus et fonctionnaires parisiens des années 1960 pour contenir le danger communiste, elle a été associée à une identité politique forte dès le début de son existence, site d’une contre-société communiste face à un Paris bourgeois et de droite. Au début des années 1980, on assiste, avec les crises économiques et urbaines, à une dépolitisation progressive de la société locale, à une identité stigmatisée et à une dégradation des conditions de vie des habitants. En 1998, un rapport sur les établissements scolaires du département décrit « des difficultés hors du commun » et un « environnement no future » (Éducation Nationale, 1998).

En 2005, des émeutes éclatent à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à l’est de la Seine-Saint-Denis. Dans l’évaluation sénatoriale de la politique de la ville réalisée à la suite des émeutes, les sénateurs décrivent « une concentration problématique des difficultés sociales » et proposent des mesures d’exception (Sénat, 2006). La Seine-Saint-Denis semble être le nom de la « banlieue » à la condition de comprendre cette notion en deux sens. La « banlieue » désigne la concentration des processus de paupérisation dans des espaces urbains périphériques. Sur ces territoires, l’attention médiatique se cristallise. Des politiques publiques s’exercent en faisant des banlieues des territoires « à part ». En outre, la Seine-Saint-Denis s’inscrit dans une région inégalitaire puisqu’elle contient également les départements les plus riches de France (Yvelines, Paris, Hauts-de-Seine) en termes de fiscalité et de revenus des ménages…

L’article dans la revue Urbanités


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *