Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *