Des ghettos scolaires en Seine-Saint-Denis ?

« L’école du XXI° siècle s’invente probablement aujourd’hui en Seine-Saint-Denis et dans d’autres banlieues dites sensibles, où réussissent autour de l’accès à la culture des petits banlieusards issus de dizaines d’ethnies et de nationalités diverse : la planète est dans ces classes », Pascal Guillot, enseignant de collège, 1997.

Le « ghetto » hante les discours et les représentations sur la banlieue. Il désigne un discours diffusé dans les paysages médiatique, politique, intellectuel et repris par les habitants de toutes les couches sociales dans les centres-villes, les quartiers relégués et les zones périurbaines depuis les années 1970. Dans les discours journalistiques, certains grands ensembles puis certains établissements scolaires sont devenus des « ghettos » et des « ghettos scolaires ». Cette désignation s’applique d’autant plus dans le département de la Seine-Saint-Denis qui concentrerait selon un certain discours typé les problématiques des banlieues françaises. Il est certain que l’école en Seine-Saint-Denis est spécifique, une pluralité de discours l’admet. Un tel discours est-il justifié ? Comment est-il possible de nommer un collège « ghetto » ? La possibilité d’un tel discours n’est-t-elle pas symptomatique des liens entre école et territoire dans le département ?

Que peut apporter une approche de type « géopolitique » ? La perspective de l’Institut Français de Géopolitique permet d’étudier les conflits d’usage et de pouvoir sur un territoire donné selon plusieurs échelles, en prenant en compte la longue durée. De tels rapports de force émergent à partir d’un système territorial d’acteurs agissant en fonction de leurs représentations qu’ils tentent de faire partager. Ma recherche se donne comme une analyse des évolutions sociales, territoriales et politiques de la Seine-Saint-Denis depuis 1998. La question scolaire, qui n’est pas un objet courant de la géopolitique locale, est loin d’être anodine pour le département. L’analyse géopolitique s’enrichit d’une démarche interdisciplinaire avec la sociologie de l’éducation tant les dynamiques socio-urbaines et scolaires sont imbriquées, tant le « tournant urbain de la sociologie de l’éducation» est prégnant (Ben Ayed, 2009). Enfin, on sait que l’Ecole est au centre du « séparatisme social généralisé » (Maurin, 2004).

Pour problématiser les discours du « ghetto scolaire » en Seine-Saint-Denis, je suis parti d’une analyse du discours du « ghetto » pour étudier les effets d’un tel discours dans la communauté éducative, « communauté » conçue comme un ensemble d’acteurs en rapports de force dont les arènes sont plus larges que le système scolaire. Les enjeux de la question scolaire en Seine-Saint-Denis sont triple : l’importance démographique de la jeunesse (sur les 1 500 000 habitants officiels, 44% ont moins de 30 ans, un habitant sur cinq est un enfant de moins de 15 ans) ;  la pression foncière parisienne et une relative attractivité résidentielle ; les besoins en formation de la population locale au regard du développement économique métropolitain.

ghettos scolaires en SeinesaintDenis Wilfried SERISIER

 

publié dans « Approches pluridisciplinaires des discours sur l’école en seine-saint-Denis »

Un ouvrage d’Aude Dontenwille-Gerbaut (dir.), enseignant-chercheur à l’IUFM de Créteil, restitution d’interventions dans un colloque de l’IUFM de l’Académie de Créteil, avril 2011


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *