Vers une démocratie locale de l’abstention ? Le cas de la Seine-Saint-Denis

Aux élections municipales de 2014, les huit départements franciliens font partie des dix premiers de France où l’abstention a été la plus élevée, la Seine-Saint-Denis étant même au premier rang national (51,3 %). À Paris, l’abstention a été de 43,7 %. Dans les Hauts-de-Seine de 43,5 %. L’abstention est sensiblement plus élevée dans le Val-de-Marne (47,2 %), avec huit communes dépassant les 50 % d’abstention au second tour. À Villeneuve-Saint-Georges, l’addition des voix de la liste UMP-UDI et de la droite est supérieure de 1230 voix à la liste de gauche au 1er tour. La mobilisation des abstentionnistes permet à la liste de gauche de l’emporter avec 30 voix d’avance au second tour (+ 9 %).

En Seine-Saint-Denis, l’abstention a baissé de cinq points en moyenne entre les deux tours et même de dix points à Bobigny. Mais c’est en Seine-Saint-Denis que le phénomène est le plus marquant : l’abstention dépasse les 50 % au premier tour dans plus d’une commune sur deux (22 sur 40) et dans deux d’entre elles, Clichy-sous-Bois et Stains, franchit même la barre des 60 %. Force est de constater qu’il en est de même pour les européennes de 2014 particulièrement en Seine-Saint-Denis (80% à Villetaneuse, 75% à La Courneuve) mais le phénomène s’atténue pour les élections départementales et régionales. La montée de l’abstention, constatée depuis plusieurs années, dans la partie centrale de la région capitale se confirme donc.

La forte abstention dans ces communes « populaires » (où les ménages sont majoritairement ouvriers et employés) est corrélée, on le sait, à deux autres facteurs sociodémographiques : une population jeune, de nombreux étrangers et descendants d’immigrés. Enfin, il est remarquable que l’abstention soit maximale dans des communes où les chantiers de la rénovation urbaine s’achèvent, avec un fort niveau d’investissement public. Assurément, l’investissement public n’a pas (ou pas encore) fait disparaître chez les habitants le sentiment d’être délaissés par les pouvoirs publics. Un sentiment qui entretient la désaffiliation civique. Cette forte abstention pèse sur la légitimité électorale des nouvelles équipes.

Ainsi, en 2014, à Saint-Denis, la liste Front de gauche de Didier Paillard, élue au second tour, représente à peine 9 % de la population totale, 12 % des habitants de plus de 18 ans, 21 % des inscrits. La répercussion la plus immédiate de l’abstention est une représentativité électorale affaiblie des équipes municipales élues. Dans huit villes de Seine-Saint-Denis, leur score représente en moyenne 28 % des électeurs inscrits, 20 % des habitants de plus de 18 ans et à peine 15 % de la population totale. Cette représentativité limitée est due, on le sait, à la surreprésentation des moins de 18 ans (26,1 % de la population) et des étrangers non communautaires (qui forment la grande majorité des 20 % d’étrangers que compte le département).

La montée de l’abstention en proche couronne masque donc d’autres aspects de la « ségrégation politique » [Braconnier et Dormagen, 2007] : le sentiment d’une part croissante de cette population réelle de n’être pas représentée par les élus, l’écart entre l’effectif de population d’un territoire et celui des votants effectifs. Ce n’est qu’en 2014 qu’un maire d’une commune de plus de 30000 habitants est issu de l’immigration algérienne : Azzedine Taïbi (PCF, Stains) est élu en Seine-Saint-Denis.

Cet écart montre l’actualité d’une revendication déjà ancienne : le droit de vote des étrangers non communautaires. Une nouvelle étape dans une relégitimation électorale serait de mettre un terme à l’interminable débat suscité par l’application du droit de vote des étrangers non communautaires. En petite couronne, quand la proportion des jeunes de moins de 20 ans ayant un parent immigré est à plus de 50 %, l’abstention est relativement élevée. On peut également corréler la proportion d’étrangers avec le taux d’abstention. Dans les communes où la proportion des étrangers est supérieure à 20 %, l’abstention est élevée puisqu’elle dépasse systématiquement le seuil de 40 %.

Les municipales de 2014 en première couronne confirment ce que nous pourrions qualifier de « démocratie locale de l’abstention », en suivant l’analyse de Dormagen et Braconnier à condition de l’aborder comme un phénomène local multifactoriel (taux d’abstention, non-inscription, blancs et nuls…) aboutissant à une distance accrue entre population et élus.

Un des enjeux des échéances de 2017 sera constitué par l’augmentation des taux d’abstention, sa baisse ou sa stagnation. Le vote ou le non-vote dans les quartiers sera décisif pour leur avenir.

décembre 2016

europeennes-2014-01


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *