Archives de l’auteur : seinesaintdenis

Vers une démocratie locale de l’abstention ? Le cas de la Seine-Saint-Denis

Aux élections municipales de 2014, les huit départements franciliens font partie des dix premiers de France où l’abstention a été la plus élevée, la Seine-Saint-Denis étant même au premier rang national (51,3 %). À Paris, l’abstention a été de 43,7 %. Dans les Hauts-de-Seine de 43,5 %. L’abstention est sensiblement plus élevée dans le Val-de-Marne (47,2 %), avec huit communes dépassant les 50 % d’abstention au second tour. À Villeneuve-Saint-Georges, l’addition des voix de la liste UMP-UDI et de la droite est supérieure de 1230 voix à la liste de gauche au 1er tour. La mobilisation des abstentionnistes permet à la liste de gauche de l’emporter avec 30 voix d’avance au second tour (+ 9 %).

En Seine-Saint-Denis, l’abstention a baissé de cinq points en moyenne entre les deux tours et même de dix points à Bobigny. Mais c’est en Seine-Saint-Denis que le phénomène est le plus marquant : l’abstention dépasse les 50 % au premier tour dans plus d’une commune sur deux (22 sur 40) et dans deux d’entre elles, Clichy-sous-Bois et Stains, franchit même la barre des 60 %. Force est de constater qu’il en est de même pour les européennes de 2014 particulièrement en Seine-Saint-Denis (80% à Villetaneuse, 75% à La Courneuve) mais le phénomène s’atténue pour les élections départementales et régionales. La montée de l’abstention, constatée depuis plusieurs années, dans la partie centrale de la région capitale se confirme donc.

La forte abstention dans ces communes « populaires » (où les ménages sont majoritairement ouvriers et employés) est corrélée, on le sait, à deux autres facteurs sociodémographiques : une population jeune, de nombreux étrangers et descendants d’immigrés. Enfin, il est remarquable que l’abstention soit maximale dans des communes où les chantiers de la rénovation urbaine s’achèvent, avec un fort niveau d’investissement public. Assurément, l’investissement public n’a pas (ou pas encore) fait disparaître chez les habitants le sentiment d’être délaissés par les pouvoirs publics. Un sentiment qui entretient la désaffiliation civique. Cette forte abstention pèse sur la légitimité électorale des nouvelles équipes.

Ainsi, en 2014, à Saint-Denis, la liste Front de gauche de Didier Paillard, élue au second tour, représente à peine 9 % de la population totale, 12 % des habitants de plus de 18 ans, 21 % des inscrits. La répercussion la plus immédiate de l’abstention est une représentativité électorale affaiblie des équipes municipales élues. Dans huit villes de Seine-Saint-Denis, leur score représente en moyenne 28 % des électeurs inscrits, 20 % des habitants de plus de 18 ans et à peine 15 % de la population totale. Cette représentativité limitée est due, on le sait, à la surreprésentation des moins de 18 ans (26,1 % de la population) et des étrangers non communautaires (qui forment la grande majorité des 20 % d’étrangers que compte le département).

La montée de l’abstention en proche couronne masque donc d’autres aspects de la « ségrégation politique » [Braconnier et Dormagen, 2007] : le sentiment d’une part croissante de cette population réelle de n’être pas représentée par les élus, l’écart entre l’effectif de population d’un territoire et celui des votants effectifs. Ce n’est qu’en 2014 qu’un maire d’une commune de plus de 30000 habitants est issu de l’immigration algérienne : Azzedine Taïbi (PCF, Stains) est élu en Seine-Saint-Denis.

Cet écart montre l’actualité d’une revendication déjà ancienne : le droit de vote des étrangers non communautaires. Une nouvelle étape dans une relégitimation électorale serait de mettre un terme à l’interminable débat suscité par l’application du droit de vote des étrangers non communautaires. En petite couronne, quand la proportion des jeunes de moins de 20 ans ayant un parent immigré est à plus de 50 %, l’abstention est relativement élevée. On peut également corréler la proportion d’étrangers avec le taux d’abstention. Dans les communes où la proportion des étrangers est supérieure à 20 %, l’abstention est élevée puisqu’elle dépasse systématiquement le seuil de 40 %.

Les municipales de 2014 en première couronne confirment ce que nous pourrions qualifier de « démocratie locale de l’abstention », en suivant l’analyse de Dormagen et Braconnier à condition de l’aborder comme un phénomène local multifactoriel (taux d’abstention, non-inscription, blancs et nuls…) aboutissant à une distance accrue entre population et élus.

Un des enjeux des échéances de 2017 sera constitué par l’augmentation des taux d’abstention, sa baisse ou sa stagnation. Le vote ou le non-vote dans les quartiers sera décisif pour leur avenir.

décembre 2016

europeennes-2014-01

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis – publié dans le n° 162 de la revue HERODOTE

Résumé

La Seine-Saint-Denis peut être considérée comme une terre de mission au xxie siècle pour de nouveaux acteurs politiques qui prétendent agir au nom d’une communauté musulmane qu’ils tentent d’instituer. L’analyse de ces nouveaux acteurs modifie la situation géopolitique locale. En Seine-Saint-Denis, la visibilité de l’islam s’accroît, du fait de la concentration des « musulmans sociologiques ». Il faut cependant distinguer les islams confessionnel et identitaire. Premier par le nombre de lieux de culte musulmans, le département a vu se développer une association, l’UAM 93 (Union des associations de musulmans de Seine-Saint-Denis), qui se revendique d’un islam de France qui devrait émaner des fidèles et qui diffuse la représentation géopolitique selon laquelle la population locale serait majoritairement musulmane. Il s’agit là de la tentative d’un lobby avec des registres d’action spécifiques qui démontre qu’il existe des stratégies pour constituer un « vote musulman » à dissocier des « votes ethniques ». Un tel lobby a pu montrer son efficacité lors des élections locales en Seine-Saint-Denis, territoire historiquement de gauche. Les dynamiques à l’œuvre autour de ce « vote » peuvent bénéficier à la droite et même au FN.

http://www.herodote.org/IMG/pdf/162-serisier.pdf

 

6-01 7-01 untitled-5-04

Le numéro d’HERODOTE dédié à la Seine-Saint-Denis est paru – à acheter dans toute bonne librairie

Présentation

Caractérisée par l’histoire de la banlieue rouge, des processus ségrégatifs sociaux et ethniques et une représentation d’espace marginalisé où s’accumulent des identités stigmatisées, la Seine-Saint-Denis est un territoire où les problèmes économiques et sociaux sont les plus graves : chômage, logement indigne, échec scolaire, délinquance.

Mais le 9-3, c’est aussi avant tout une représentation géopolitique et il se pourrait qu’elle évolue rapidement car c’est un territoire en pleine mutation économique, sociale, politique et urbaine qu’accélèrera la métropole Grand Paris avec le réseau du Grand Paris express. Aussi le territoire du 9-3 concentre-t-il tous les défis et toutes les promesses de la France postcoloniale, c’est pourquoi il est sans doute le test décisif de notre capacité à faire nation.

la rédaction Hérodote

 

Sommaire

Éditorial par Béatrice GIBLIN

Nouvelle donne géopolitique en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER, Philippe SUBRA 

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER

Le 9-3 symbole du ghetto dans la nation par Jérémy ROBINE 

Le trafic d’armes en Seine-Saint-Denis : aspects géopolitiques et enjeux par Jean-Charles ANTOINE 

L’école en Seine-Saint-Denis : une pauvre école pour des enfants de pauvres ? par Gatien ELIE |

Ni la race ni le 9-3 ne sont ce que nous croyons qu’ils sont par Yohann LE MOIGNE, Alex SCHAFRAN, Gregory SMITHSIMON 

Le hip-hop comme élément identitaire dans le 9-3 par Vincent PIOLET

Seule une politique de développement qui profite à la population nous protégera du vote Front national par Entretien Avec Patrick BRAOUEZEC 

La fin du 9-3 ? La Seine-Saint-Denis entre représentations et métropolisation par Daniel BEHAR, Manon LOISEL, Nicolas RIO

Un territoire tremplin ? La politique de la ville en trompe l’œil par Philippe ESTÈBE 

L’habitat indigne aux portes de Paris : le cas de Saint-Denis, entre idéal et realpolitik par Mathilde COSTIL 

Égalité entre hommes et femmes : les mères en première ligne. Un hommage à Camille Lacoste-Dujardin par Barbara LOYER

http://www.herodote.org/spip.php?article739

La Seine-Saint-Denis, encore une banlieue dans le Grand Paris ?

Serisier-Couverture-519x420

De quoi la Seine-Saint-Denis est-elle le nom ?

Périmètre administratif construit de manière géopolitique par les élus et fonctionnaires parisiens des années 1960 pour contenir le danger communiste, elle a été associée à une identité politique forte dès le début de son existence, site d’une contre-société communiste face à un Paris bourgeois et de droite. Au début des années 1980, on assiste, avec les crises économiques et urbaines, à une dépolitisation progressive de la société locale, à une identité stigmatisée et à une dégradation des conditions de vie des habitants. En 1998, un rapport sur les établissements scolaires du département décrit « des difficultés hors du commun » et un « environnement no future » (Éducation Nationale, 1998).

En 2005, des émeutes éclatent à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à l’est de la Seine-Saint-Denis. Dans l’évaluation sénatoriale de la politique de la ville réalisée à la suite des émeutes, les sénateurs décrivent « une concentration problématique des difficultés sociales » et proposent des mesures d’exception (Sénat, 2006). La Seine-Saint-Denis semble être le nom de la « banlieue » à la condition de comprendre cette notion en deux sens. La « banlieue » désigne la concentration des processus de paupérisation dans des espaces urbains périphériques. Sur ces territoires, l’attention médiatique se cristallise. Des politiques publiques s’exercent en faisant des banlieues des territoires « à part ». En outre, la Seine-Saint-Denis s’inscrit dans une région inégalitaire puisqu’elle contient également les départements les plus riches de France (Yvelines, Paris, Hauts-de-Seine) en termes de fiscalité et de revenus des ménages…

L’article dans la revue Urbanités

La Seine-Saint-Denis, territoire d’étude emblématique pour les thèses sur la gentrification ?

Trois thèses récentes portent sur les processus de gentrification en Seine-Saint-Denis, elles sont toutes accessibles par internet :

« Générations de classes moyennes et travail de gentrification : changement social et changement urbain dans le Bas Montreuil et à la Croix-Rousse, 1975-2005 », par Anaïs Collet, lire la thèse 

« Engagement et mobilité sociale par la culture : étude de trois configurations politiques et artistiques en banlieue rouge (1960-2014) », par Pauline Clech, lire la thèse

« Transformations sociales en banlieue rouge : politiques locales, stratégies résidentielles et inscription territoriale des classes moyennes », par Lina Raad, lire la thèse

Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn

De la démocratie participative pour renouveler la scène politique locale

Une donne fondamentale gagne à être prise en compte dans les recherches sur la démocratie participative : la complexité territoriale. Tous les dispositifs participatifs émergent à partir d’une situation territoriale particulière et concourent à la « petite fabrique des territoires ». Aujourd’hui, il s’agit d’analyser les effets de la participation sur la « fabrique des territoires » : quels sont les effets des configurations participatives dans l’élaboration des territoires politiques ? Nous prendrons pour problématiser cette question deux exemples, correspondant à deux échelles d’analyse différentes, l’un dans une commune, l’autre dans une communauté d’agglomération (qui intègre la première dans son territoire) situées dans la proche couronne parisienne. Les deux territoires offrent un cadre d’analyse privilégié pour étudier les effets des dispositifs participatifs considérés comme un ensemble, et non individuellement.

Des ghettos scolaires en Seine-Saint-Denis ?

« L’école du XXI° siècle s’invente probablement aujourd’hui en Seine-Saint-Denis et dans d’autres banlieues dites sensibles, où réussissent autour de l’accès à la culture des petits banlieusards issus de dizaines d’ethnies et de nationalités diverse : la planète est dans ces classes », Pascal Guillot, enseignant de collège, 1997.

Le « ghetto » hante les discours et les représentations sur la banlieue. Il désigne un discours diffusé dans les paysages médiatique, politique, intellectuel et repris par les habitants de toutes les couches sociales dans les centres-villes, les quartiers relégués et les zones périurbaines depuis les années 1970. Dans les discours journalistiques, certains grands ensembles puis certains établissements scolaires sont devenus des « ghettos » et des « ghettos scolaires ». Cette désignation s’applique d’autant plus dans le département de la Seine-Saint-Denis qui concentrerait selon un certain discours typé les problématiques des banlieues françaises. Il est certain que l’école en Seine-Saint-Denis est spécifique, une pluralité de discours l’admet. Un tel discours est-il justifié ? Comment est-il possible de nommer un collège « ghetto » ? La possibilité d’un tel discours n’est-t-elle pas symptomatique des liens entre école et territoire dans le département ?

Que peut apporter une approche de type « géopolitique » ? La perspective de l’Institut Français de Géopolitique permet d’étudier les conflits d’usage et de pouvoir sur un territoire donné selon plusieurs échelles, en prenant en compte la longue durée. De tels rapports de force émergent à partir d’un système territorial d’acteurs agissant en fonction de leurs représentations qu’ils tentent de faire partager. Ma recherche se donne comme une analyse des évolutions sociales, territoriales et politiques de la Seine-Saint-Denis depuis 1998. La question scolaire, qui n’est pas un objet courant de la géopolitique locale, est loin d’être anodine pour le département. L’analyse géopolitique s’enrichit d’une démarche interdisciplinaire avec la sociologie de l’éducation tant les dynamiques socio-urbaines et scolaires sont imbriquées, tant le « tournant urbain de la sociologie de l’éducation» est prégnant (Ben Ayed, 2009). Enfin, on sait que l’Ecole est au centre du « séparatisme social généralisé » (Maurin, 2004).

Pour problématiser les discours du « ghetto scolaire » en Seine-Saint-Denis, je suis parti d’une analyse du discours du « ghetto » pour étudier les effets d’un tel discours dans la communauté éducative, « communauté » conçue comme un ensemble d’acteurs en rapports de force dont les arènes sont plus larges que le système scolaire. Les enjeux de la question scolaire en Seine-Saint-Denis sont triple : l’importance démographique de la jeunesse (sur les 1 500 000 habitants officiels, 44% ont moins de 30 ans, un habitant sur cinq est un enfant de moins de 15 ans) ;  la pression foncière parisienne et une relative attractivité résidentielle ; les besoins en formation de la population locale au regard du développement économique métropolitain.

ghettos scolaires en SeinesaintDenis Wilfried SERISIER

 

publié dans « Approches pluridisciplinaires des discours sur l’école en seine-saint-Denis »

Un ouvrage d’Aude Dontenwille-Gerbaut (dir.), enseignant-chercheur à l’IUFM de Créteil, restitution d’interventions dans un colloque de l’IUFM de l’Académie de Créteil, avril 2011

« 93, mémoires d’un territoire », d’une représentation présentée comme réalité

fr-vignette1

De l’importance des représentations pour la géographie de la Seine-Saint-Denis

L’analyse du documentaire, « 93, mémoires d’un territoire », de Yamina Benguigui, montre une concentration d’images associées à ce département, images validées au niveau national qui ont un impact sur les politiques publiques. L’analyse ci-jointe 93 memoire d’un territoire amorce une étude plus vaste des représentations des acteurs de ce département. Il est nécessaire de regarder ce film puis juste après « 93, la belle rebelle », film de Jean-Pierre Thorn diffusé en 2011.

Le choix d’étudier les représentations de ce territoire est un élément essentiel d’une géopolitique de la Seine-Saint-Denis, la compréhension des images des acteurs étant impliquée systématiquement dans les analyses de géopolitique interne et externe.

Un regard géographique sur la Seine-Saint-Denis en voie de métropolisation : Francois Maspéro

9782020124676

 

S’il est un auteur, écrivain et géographe à la fois, qui a décrit ce que des experts dénommeront métropolisation en Ile-de-France, c’est bien François Maspero à travers Les Passagers du Roissy-Express.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est traversé par un regard géographique et qu’il parle métropole bien avant l’heure et, ce, à travers la Seine-Saint-Denis.

Voici un texte court accompagnant une lecture de François Maspero : La Seine-Saint-Denis selon Maspero

Wilfried SERISIER

 

 

Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités géopolitiques

Le Grand Paris est-il mort, du moins dans sa dimension institutionnelle, celle d’une instance de gouvernance métropolitaine réunissant les élus de l’agglomération, comme l’affirme (et le souhaite) Jean-Paul Huchon, le président socialiste de la région Île-de-France  [2] ? De fait, le projet de loi « sur le Grand Paris », élaboré par Christian Blanc  [3], fait totalement l’impasse sur l’idée d’une communauté urbaine évoquée par Nicolas Sarkozy, un peu plus de deux ans plus tôt, à Roissy, en juin 2007. Un autre projet de loi « sur la réforme des collectivités locales », issu des travaux du Comité Balladur, est tout aussi silencieux sur cette question, alors qu’il propose pour onze grandes villes de province un nouveau statut, celui de « métropole », renforçant encore les pouvoirs des communautés urbaines ou d’agglomération existantes.

L’anormalité de la situation de Paris aurait-elle disparu miraculeusement, seule grande ville française et l’une des rares métropoles internationales à ne pas être dotée d’un système de gouvernance global ? La question de la gouvernance de l’agglomération parisienne aurait-elle cessé d’être un enjeu essentiel, une condition nécessaire au développement de la métropole parisienne ? Le problème aurait-il été résolu, la question épuisée, par l’élaboration d’un schéma stratégique par les services de Christian Blanc, la tenue d’une consultation internationale d’architectes, la création du syndicat Paris Métropole et par celle d’un nouvel établissement public, la Société du Grand Paris ? Non, bien sûr.

Comment expliquer alors la disparition de ce qui a été présenté comme un des « grands chantiers » du président ? Que cherche en réalité Nicolas Sarkozy et pourquoi a-t-il sorti des cartons un projet qui datait de près d’un siècle ? Pourquoi sa proposition a-t-elle suscité tant de réactions hostiles et de réticences ? Pourquoi a-t-il progressivement perdu l’initiative sur un processus qu’il a lui-même choisi d’enclencher ? L’État a-t-il simplement décidé de se passer des élus ?

Répondre à ces questions ne peut se faire sans utiliser les outils de la géopolitique. C’est-à-dire sans analyser les stratégies des différents acteurs, leurs objectifs, leurs intérêts, leurs relations de concurrence ou d’alliance, les rapports de forces qu’ils sont parvenus à établir, mais aussi la dynamique du processus conflictuel qui les oppose, ses temps forts, ses tournants qui s’expliquent en grande partie par ces rapports de forces et par l’habileté manœuvrière, les choix tactiques ou stratégiques de certains de ces acteurs. La façon dont Paris doit être gouverné est, depuis deux siècles au moins, une question géopolitique majeure en France. C’est cette dimension géopolitique qui permet d’expliquer pourquoi la Ville a été privée de maire pendant 182 ans (de 1795 à 1977), pourquoi, après l’annexion de 1860 réalisée autoritairement par Haussmann, sa superficie a pratiquement cessé d’augmenter  [4]   et donc pourquoi elle est dotée aujourd’hui d’un territoire beaucoup plus petit que toutes les autres grandes métropoles internationales  [5] pourquoi enfin le paysage intercommunal actuel de l’agglomération parisienne est si fragmenté  [6] Comprendre ce qui s’est passé depuis deux ans autour du projet de Grand Paris, implique donc d’aborder la question de la gouvernance de l’agglomération parisienne pour ce qu’elle est aussi et d’abord : une affaire de rivalités de pouvoir dont l’enjeu est le contrôle du territoire francilien.

Notes

[1] Géographe, Institut français de géopolitique, université Paris-VIII-Saint-Denis.
[2]« Le Grand Paris n’aboutira pas » (interview au Journal du Dimanche, 17/5/2008).
[3]Secrétaire d’État au Développement de la région Capitale, nommé par Nicolas Sarkozy en mars 2008.
[4]Mis à part l’annexion en 1891 du terrain de manœuvres d’Issy-les-Moulineaux, aujourd’hui transformé en héliport, et en 1929-1930 celle des bois de Boulogne et de Vincennes et des abords de l’enceinte de Thiers (la « zone »).
[5]89 km2, 105 avec les bois de Boulogne et de Vincennes, alors que Madrid, par exemple, couvre 607 km2, Berlin 891, Hong Kong : 1067, New York 1214, Londres 1579.
[6]Une trentaine de communautés de communes ou d’agglomération dans l’agglomération proprement dite, une centaine à l’échelle de la région Île-de-France tout entière, dont aucune ne comprend la Ville de Paris.

Lire l’article