Archives de catégorie : Actualités / News

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis – publié dans le n° 162 de la revue HERODOTE

Résumé

La Seine-Saint-Denis peut être considérée comme une terre de mission au xxie siècle pour de nouveaux acteurs politiques qui prétendent agir au nom d’une communauté musulmane qu’ils tentent d’instituer. L’analyse de ces nouveaux acteurs modifie la situation géopolitique locale. En Seine-Saint-Denis, la visibilité de l’islam s’accroît, du fait de la concentration des « musulmans sociologiques ». Il faut cependant distinguer les islams confessionnel et identitaire. Premier par le nombre de lieux de culte musulmans, le département a vu se développer une association, l’UAM 93 (Union des associations de musulmans de Seine-Saint-Denis), qui se revendique d’un islam de France qui devrait émaner des fidèles et qui diffuse la représentation géopolitique selon laquelle la population locale serait majoritairement musulmane. Il s’agit là de la tentative d’un lobby avec des registres d’action spécifiques qui démontre qu’il existe des stratégies pour constituer un « vote musulman » à dissocier des « votes ethniques ». Un tel lobby a pu montrer son efficacité lors des élections locales en Seine-Saint-Denis, territoire historiquement de gauche. Les dynamiques à l’œuvre autour de ce « vote » peuvent bénéficier à la droite et même au FN.

http://www.herodote.org/IMG/pdf/162-serisier.pdf

 

6-01 7-01 untitled-5-04

Le numéro d’HERODOTE dédié à la Seine-Saint-Denis est paru – à acheter dans toute bonne librairie

Présentation

Caractérisée par l’histoire de la banlieue rouge, des processus ségrégatifs sociaux et ethniques et une représentation d’espace marginalisé où s’accumulent des identités stigmatisées, la Seine-Saint-Denis est un territoire où les problèmes économiques et sociaux sont les plus graves : chômage, logement indigne, échec scolaire, délinquance.

Mais le 9-3, c’est aussi avant tout une représentation géopolitique et il se pourrait qu’elle évolue rapidement car c’est un territoire en pleine mutation économique, sociale, politique et urbaine qu’accélèrera la métropole Grand Paris avec le réseau du Grand Paris express. Aussi le territoire du 9-3 concentre-t-il tous les défis et toutes les promesses de la France postcoloniale, c’est pourquoi il est sans doute le test décisif de notre capacité à faire nation.

la rédaction Hérodote

 

Sommaire

Éditorial par Béatrice GIBLIN

Nouvelle donne géopolitique en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER, Philippe SUBRA 

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER

Le 9-3 symbole du ghetto dans la nation par Jérémy ROBINE 

Le trafic d’armes en Seine-Saint-Denis : aspects géopolitiques et enjeux par Jean-Charles ANTOINE 

L’école en Seine-Saint-Denis : une pauvre école pour des enfants de pauvres ? par Gatien ELIE |

Ni la race ni le 9-3 ne sont ce que nous croyons qu’ils sont par Yohann LE MOIGNE, Alex SCHAFRAN, Gregory SMITHSIMON 

Le hip-hop comme élément identitaire dans le 9-3 par Vincent PIOLET

Seule une politique de développement qui profite à la population nous protégera du vote Front national par Entretien Avec Patrick BRAOUEZEC 

La fin du 9-3 ? La Seine-Saint-Denis entre représentations et métropolisation par Daniel BEHAR, Manon LOISEL, Nicolas RIO

Un territoire tremplin ? La politique de la ville en trompe l’œil par Philippe ESTÈBE 

L’habitat indigne aux portes de Paris : le cas de Saint-Denis, entre idéal et realpolitik par Mathilde COSTIL 

Égalité entre hommes et femmes : les mères en première ligne. Un hommage à Camille Lacoste-Dujardin par Barbara LOYER

http://www.herodote.org/spip.php?article739

La Seine-Saint-Denis, encore une banlieue dans le Grand Paris ?

Serisier-Couverture-519x420

De quoi la Seine-Saint-Denis est-elle le nom ?

Périmètre administratif construit de manière géopolitique par les élus et fonctionnaires parisiens des années 1960 pour contenir le danger communiste, elle a été associée à une identité politique forte dès le début de son existence, site d’une contre-société communiste face à un Paris bourgeois et de droite. Au début des années 1980, on assiste, avec les crises économiques et urbaines, à une dépolitisation progressive de la société locale, à une identité stigmatisée et à une dégradation des conditions de vie des habitants. En 1998, un rapport sur les établissements scolaires du département décrit « des difficultés hors du commun » et un « environnement no future » (Éducation Nationale, 1998).

En 2005, des émeutes éclatent à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à l’est de la Seine-Saint-Denis. Dans l’évaluation sénatoriale de la politique de la ville réalisée à la suite des émeutes, les sénateurs décrivent « une concentration problématique des difficultés sociales » et proposent des mesures d’exception (Sénat, 2006). La Seine-Saint-Denis semble être le nom de la « banlieue » à la condition de comprendre cette notion en deux sens. La « banlieue » désigne la concentration des processus de paupérisation dans des espaces urbains périphériques. Sur ces territoires, l’attention médiatique se cristallise. Des politiques publiques s’exercent en faisant des banlieues des territoires « à part ». En outre, la Seine-Saint-Denis s’inscrit dans une région inégalitaire puisqu’elle contient également les départements les plus riches de France (Yvelines, Paris, Hauts-de-Seine) en termes de fiscalité et de revenus des ménages…

L’article dans la revue Urbanités

Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn

« 93, mémoires d’un territoire », d’une représentation présentée comme réalité

fr-vignette1

De l’importance des représentations pour la géographie de la Seine-Saint-Denis

L’analyse du documentaire, “93, mémoires d’un territoire”, de Yamina Benguigui, montre une concentration d’images associées à ce département, images validées au niveau national qui ont un impact sur les politiques publiques. L’analyse ci-jointe 93 memoire d’un territoire amorce une étude plus vaste des représentations des acteurs de ce département. Il est nécessaire de regarder ce film puis juste après “93, la belle rebelle”, film de Jean-Pierre Thorn diffusé en 2011.

Le choix d’étudier les représentations de ce territoire est un élément essentiel d’une géopolitique de la Seine-Saint-Denis, la compréhension des images des acteurs étant impliquée systématiquement dans les analyses de géopolitique interne et externe.

Un regard géographique sur la Seine-Saint-Denis en voie de métropolisation : Francois Maspéro

9782020124676

 

S’il est un auteur, écrivain et géographe à la fois, qui a décrit ce que des experts dénommeront métropolisation en Ile-de-France, c’est bien François Maspero à travers Les Passagers du Roissy-Express.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est traversé par un regard géographique et qu’il parle métropole bien avant l’heure et, ce, à travers la Seine-Saint-Denis.

Voici un texte court accompagnant une lecture de François Maspero : La Seine-Saint-Denis selon Maspero

Wilfried SERISIER

 

 

Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités géopolitiques

Le Grand Paris est-il mort, du moins dans sa dimension institutionnelle, celle d’une instance de gouvernance métropolitaine réunissant les élus de l’agglomération, comme l’affirme (et le souhaite) Jean-Paul Huchon, le président socialiste de la région Île-de-France  [2] ? De fait, le projet de loi « sur le Grand Paris », élaboré par Christian Blanc  [3], fait totalement l’impasse sur l’idée d’une communauté urbaine évoquée par Nicolas Sarkozy, un peu plus de deux ans plus tôt, à Roissy, en juin 2007. Un autre projet de loi « sur la réforme des collectivités locales », issu des travaux du Comité Balladur, est tout aussi silencieux sur cette question, alors qu’il propose pour onze grandes villes de province un nouveau statut, celui de « métropole », renforçant encore les pouvoirs des communautés urbaines ou d’agglomération existantes.

L’anormalité de la situation de Paris aurait-elle disparu miraculeusement, seule grande ville française et l’une des rares métropoles internationales à ne pas être dotée d’un système de gouvernance global ? La question de la gouvernance de l’agglomération parisienne aurait-elle cessé d’être un enjeu essentiel, une condition nécessaire au développement de la métropole parisienne ? Le problème aurait-il été résolu, la question épuisée, par l’élaboration d’un schéma stratégique par les services de Christian Blanc, la tenue d’une consultation internationale d’architectes, la création du syndicat Paris Métropole et par celle d’un nouvel établissement public, la Société du Grand Paris ? Non, bien sûr.

Comment expliquer alors la disparition de ce qui a été présenté comme un des « grands chantiers » du président ? Que cherche en réalité Nicolas Sarkozy et pourquoi a-t-il sorti des cartons un projet qui datait de près d’un siècle ? Pourquoi sa proposition a-t-elle suscité tant de réactions hostiles et de réticences ? Pourquoi a-t-il progressivement perdu l’initiative sur un processus qu’il a lui-même choisi d’enclencher ? L’État a-t-il simplement décidé de se passer des élus ?

Répondre à ces questions ne peut se faire sans utiliser les outils de la géopolitique. C’est-à-dire sans analyser les stratégies des différents acteurs, leurs objectifs, leurs intérêts, leurs relations de concurrence ou d’alliance, les rapports de forces qu’ils sont parvenus à établir, mais aussi la dynamique du processus conflictuel qui les oppose, ses temps forts, ses tournants qui s’expliquent en grande partie par ces rapports de forces et par l’habileté manœuvrière, les choix tactiques ou stratégiques de certains de ces acteurs. La façon dont Paris doit être gouverné est, depuis deux siècles au moins, une question géopolitique majeure en France. C’est cette dimension géopolitique qui permet d’expliquer pourquoi la Ville a été privée de maire pendant 182 ans (de 1795 à 1977), pourquoi, après l’annexion de 1860 réalisée autoritairement par Haussmann, sa superficie a pratiquement cessé d’augmenter  [4]   et donc pourquoi elle est dotée aujourd’hui d’un territoire beaucoup plus petit que toutes les autres grandes métropoles internationales  [5] pourquoi enfin le paysage intercommunal actuel de l’agglomération parisienne est si fragmenté  [6] Comprendre ce qui s’est passé depuis deux ans autour du projet de Grand Paris, implique donc d’aborder la question de la gouvernance de l’agglomération parisienne pour ce qu’elle est aussi et d’abord : une affaire de rivalités de pouvoir dont l’enjeu est le contrôle du territoire francilien.

Notes

[1] Géographe, Institut français de géopolitique, université Paris-VIII-Saint-Denis.
[2]« Le Grand Paris n’aboutira pas » (interview au Journal du Dimanche, 17/5/2008).
[3]Secrétaire d’État au Développement de la région Capitale, nommé par Nicolas Sarkozy en mars 2008.
[4]Mis à part l’annexion en 1891 du terrain de manœuvres d’Issy-les-Moulineaux, aujourd’hui transformé en héliport, et en 1929-1930 celle des bois de Boulogne et de Vincennes et des abords de l’enceinte de Thiers (la « zone »).
[5]89 km2, 105 avec les bois de Boulogne et de Vincennes, alors que Madrid, par exemple, couvre 607 km2, Berlin 891, Hong Kong : 1067, New York 1214, Londres 1579.
[6]Une trentaine de communautés de communes ou d’agglomération dans l’agglomération proprement dite, une centaine à l’échelle de la région Île-de-France tout entière, dont aucune ne comprend la Ville de Paris.

Lire l’article

Les Séminaires du CEVIPOF : “La Seine Saint-Denis” 2010-2011

Ce séminaire prolonge le groupe de travail « banlieues », qui s’est réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Il se veut pluridisciplinaire et informel, ouvert aussi bien aux universitaires, aux chercheurs et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des praticiens, urbanistes, militants associatifs, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.

Nous souhaitons centrer nos analyses sur la Seine-Saint-Denis, ce territoire médiatique et singulier en transformation, façonné par l’immigration, associé à l’histoire de la banlieue rouge et devenu depuis sa création, en 1964, un épicentre des politiques publiques dites de cohésion urbaine (logement social, politique de la ville, gentrification…). Cette première année sera consacrée à l’histoire et à l’actualité politique de la Seine-Saint-Denis. Deux approches sont privilégiées : la politique de la ville et les résistances et les recompositions partisanes. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.

30 novembre : Politique de la ville en Seine-Saint-Denis

Marie-Hélène Bacqué (discutante), Emmanuel Bellanger, Benoît Breville (doctorant en histoire contemporaine, Université Paris 1), Gregory Busquet (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïques-Lavue, sous réserve).

14 décembre : Politique de la ville : le cas de La Courneuve

Bernard Barre (urbaniste), Alessia de Biase (architecte anthropologue), Mimouna Hadjam (militante associative, association Africa), Gilles Poux (maire de La Courneuve), Henri Rey (politiste, discutant).

4 janvier : Parti communiste : la fin du communisme municipal ?

Roger Martelli (historien), Evelyne Yonnet (conseillère générale d’Aubervilliers), Samir Hadj Belgacem (doctorant, CMH, ENS-EHESS), Gilles Garnier (conseiller général de Noisy-le-Sec) et Henri Rey (politiste, discutant).

8 février : Parti communiste : les résistances

15 mars : La Seine-Saint-Denis : « banlieue rose » ?

26 avril : Les Verts en Seine-Saint-Denis

Jacques Archimbaud,  ancien directeur du cabinet de Dominique Voynet, maire de Montreuil, Michel Bourgain, maire de l’ Île-Saint-Denis, Daniel Boy,  directeur de recherches au CEVIPOF, Stéphane Gatignon, maire de Sevran,Discutants: Emmanuel Bellanger, historien, Paris I et Henri Rey, directeur de recherche au CEVIPOF.

17 mai : Les droites en Seine-Saint-Denis

Philippe Dallier, sénateur UMP de la Seine-saint-Denis,

Discutants: Thomas Guenole, doctorant Sciences Po/Cevipof, Emmanuel Bellanger, historien Paris I

Site du CEVIPOF

 

 

Le Grand Paris, sa banlieue rouge et ses solidarités intercommunales : les leçons de l’histoire, par Emmanuel BELLANGER

Le retour du Grand Paris dans le débat public interpelle les formes contemporaines du gouvernement local. Dans la région capitale, les sources du contentieux entre collectivités locales et puissances tutélaires (préfectures, ministères, présidence de la République…) sont anciennes. Elles se nouent autour des questions de frontières, de compétences et de péréquations financières.

Contrairement aux idées reçues, le Grand Paris n’est pas une thématique nouvelle soudainement reprise dans l’agenda municipal de 2001 et dans celui présidentiel de juin 2007. La création, au lendemain des municipales de mars 2008, d’un secrétariat d’État à compétence territoriale est à ce titre riche d’enseignement. Le choix de son intitulé « développement de la région capitale » est ici révélateur du poids des mots et de leurs histoires. Aux termes attendus de « Grand Paris » qui charrient un lourd contentieux Paris-Banlieues, symboliques et historiques, le pouvoir central a préféré les mots plus policés de « région capitale » qui ne tranchent pas l’épineuse question de la coexistence du gouvernement de la région Ile-de-France, formalisé en 1961, avec celui du Grand Paris disparu officiellement au 1er janvier 1968.

Le Grand Paris, que l’on redécouvre au tournant des années 2000, a bel et bien une histoire actée avec la Révolution française et achevée au début des années 1960 avec la création du district de la région parisienne en 1961 et l’adoption de la loi du 10 juillet 1964 qui désolidarise la capitale de sa proche banlieue au profit d’un nouveau découpage départemental : le 75, 78, 91, 92, 93, 94 et 95. Pendant plus d’un siècle, l’entité politique Grand Paris a existé sous les traits typés de l’ancien département de la Seine, composé de la capitale et de 80 communes suburbaines. Sa création atteste que les découpages administratifs ne sont jamais neutres. En 1790, le législateur voulait contenir l’influence de la plus puissante municipalité du royaume, riche et rebelle, en la ceinturant d’un premier anneau de communes en voie d’urbanisation, la Seine banlieue, et d’une seconde couronne de 6 000 kilomètres carrés, la Seine-et-Oise, sans centralité, à dominante rurale et avec pour capitale Versailles.

Lire l’article 

Grand Paris : la gouvernance métropolitaine… pour quoi faire ? Daniel BEHAR

Il n’y aura pas de grand projet du Grand Paris – pas de grand soir institutionnel – affirme Daniel Béhar. Dans le fil d’une discussion ouverte sur Métropolitiques (voir les articles de Mansat, Braouzec et Barraud-Serfaty et Halbert), il identifie quatre pôles autour desquels une gouvernance métropolitaine est en train d’émerger et pose la question des outils à mobiliser. L’enjeu serait de passer d’une lecture mécanique de la solidarité à une organisation fonctionnelle de la métropole…

Lire l’article 

Les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional à Paris et en Île-de-France, Mathieu Jeanne

Malgré l’abstention annoncée par les enquêtes d’opinion, les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional des 14 et 21 mars sont de taille. Il s’agit d’abord du contrôle du conseil régional d’Île- de-France, la région la plus peuplée et la plus riche de France. Au-delà de la rivalité médiatique qui oppose le sortant socialiste Jean-Paul Huchon et la ministre Valérie Pécresse, chaque camp politique joue gros dans cette élection. La droite unie, mais affaiblie par l’impopularité de Nicolas Sarkozy, doit prouver qu’elle peut rallier l’électorat de centre-droit. C’est la condition pour reconquérir les collectivités territoriales perdues ces dernières années. A gauche, la concurrence entre les différentes formations au premier tour définira le rapport de forces pour les prochaines échéances électorales : législatives de 2012 et élections des conseillers territoriaux en 2014.

Lire l’article

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? Mathieu Jeanne

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

Lire l’article

Mutations territoriales, stratégie des acteurs et gouvernance en Seine-Saint-Denis 1998-2016 – résumé de recherche, version 2013

Le territoire de la Seine-Saint-Denis, longtemps balafré par la désindustrialisation, est en train de se transformer de manière accélérée, notamment depuis le début des années 1990. Cette transformation se produit dans de nombreux domaines : aménagement du territoire, développement économique, démographie, dynamismes sociologiques, changements politiques. Le territoire se développe et se raccroche à la circulation des richesses métropolitaines. On parle même d’ « intégration métropolitaine ». Les mutations socio-économiques se traduisent dans les changements politiques progressifs que connaît le département.

Les mutations à l’œuvre sont néanmoins contradictoires, le territoire de la Seine-Saint-Denis étant grevé par un niveau important d’inégalités, miné par une ségrégation sociospatiale latente et évolutive. Des dynamiques contradictoires apparaissent à d’autres échelles infradépartementales : des phénomènes de « gentrification » s’opposent à des phénomènes de « ghettoïsation ».  L’enjeu majeur des politiques publiques en et pour la Seine-Saint-Denis est  la réduction de la ségrégation sociospatiale.

Il y a en Seine-Saint-Denis au moins trois dynamiques contradictoires, imbriquées entre elles :

  • une économie attractive et une augmentation des inégalités sociales
  • Des processus territorialisés de « gentrification » et de « ghettoïsation », d’où des tensions entre populations dans l’espace public et des logiques d’enclavement
  • Un réaménagement du territoire confrontés à des aménagements passés et répulsifs.

En observant les différents phénomènes en Seine-Saint-Denis, plusieurs questionnements ressortent :

  • Quels sont les mécanismes, à tout niveau, qui entraînent et accentuent la ségrégation socio-spatiale qui empêchent, aujourd’hui, la réduction des inégalités et le développement équilibré du territoire ?
  • Quels sont les formes d’aménagement du territoire qui peuvent expliquer en partie les processus de ségrégations à l’œuvre ?
  • Est-ce que le développement dynamique, dans la configuration socio-politique actuelle, ne pourrait-il pas, tout au contraire, aiguiser les tensions sociales ? Autrement dit, est-ce que les groupes avec un plus haut revenu que la moyenne départementale ne pourraient-elles pas se heurter aux groupes ségrégés ?
  • Y-a-t-il et quels sont les effets pervers des politiques publiques mises en œuvre pour réduire les inégalités sociales ?

Face à ces mutations contradictoires, les acteurs locaux, et d’abord politiques adoptent des stratégies pour conquérir ou maintenir le pouvoir local, pouvoir qui permet d’accompagner les changements ou d’élaborer des réponses face à l’enjeu majeur : la réduction de la ségrégation sociale.

Les dynamiques et contre-dynamiques déjà soulignées dépendent des acteurs intervenants sur le territoire. Ils sont multiples et emploient de multiples stratégies pour se maintenir ou conquérir des positions de pouvoir : élus, gouvernement, associations, acteurs économiques, groupes d’habitants…Les dynamiques et contre-dynamiques, mais aussi les jeux d’acteurs qui ont lieu sont compréhensibles aussi à des échelles plus larges : l’échelle nationale (l’Etat, les partis politiques, les « médias »), l’échelle régionale (les politiques régionales, les relations avec les départements voisins).

Malgré l’enjeu majeur, la gouvernance en Seine-Saint-Denis est éclatée et en évolution : la banlieue rouge se transforme, le parti socialiste avance. Des acteurs de la société civile se multiplient. Les niveaux d’intervention de la puissance publique sont pluriels, voire contradictoires : l’Etat est présent (à travers la politique de la ville, la sécurité publique), l’établissement Public Plaine de France, le conseil régional, le département, les intercommunalités, les communes, sans oublier la Ville de Paris.  Les stratégies des acteurs en matière de gouvernance s’inscrivent dans le conflit  public sur le Grand Paris, relancé en 2007, débat où l’image du territoire, et donc a fortiori celle du 93, a un rôle clef dans l’attractivité régionale.

Même si le territoire est fortement valorisé par les acteurs et possède des qualités intrinsèques singulières, l’identité du « 93 » reste basée sur une image négative cristallisant des marqueurs tels que « ghetto » et « communautarisme », précarisation et marginalisation, « grands ensembles », « insécurité », crises locales et généralisée. Cette image freine les mutations initiées de haute lutte par les acteurs locaux, oriente les politiques publiques et les mouvements sociodémographiques des populations.

Les mutations territoriales peuvent être repérées au début des années 1990, même si les acteurs esquissent une reconversion avant. 2008. C’est en 1998 que se cristallise de nouvelles dynamiques avec, à Saint-Denis, la construction du Stade de France et la victoire de l’équipe de France Black-Blanc-Beur. Les mutations seront étudiées jusqu’aux élections municipales de 2014 qui verront confirmés ou non les dynamismes géopolitiques repérées.

Faire d’un territoire départemental l’objet d’une recherche peut paraître ambitieux. D’une part, les dynamismes répondent à différentes échelles qui s’emboîtent les unes aux autres. Ils se retrouvent, avec des différences locales dans différents secteurs (conflit entre ghettoïsation et gentrification). C’est à l’échelle du département que peut se comprendre des superpositions de politiques publiques avec l’interventionnisme de l’Etat .Enfin, l’image de la Seine-Saint-Denis se constitue et se comprend à l’aune du département.

Notre recherche, d’un point de vue méthodologique, se déclinera selon une approche en termes d’aménagement du territoire (logement social, transformation des friches urbaines, rénovation urbaine, espaces publics, services publics…), une approche historique, une approche géographique du territoire (géographie humaine (des mobilités, de l’emploi, démographique…), géographie électorale), une approche pluridisciplinaire et monographique. Cette démarche fait le pari de la pertinence de l’analyse multiscalaire (emboîtement de plusieurs cartes peut montrer la réelle place du département dans les échelles nationales des inégalités et des ségrégations, mais aussi des stratégies des différents acteurs), une approche des logiques d’acteurs : l’aménagement du territoire, passé ou en train d’arriver, résultent de rapports de force entre acteurs à différents niveaux. Cette approche s’accompagnera par des études de cas (Aubervilliers, Clichy-sous-Bois, Saint-Denis, Montreuil) et par des entretiens semi-directifs. Par là, nous pourrons contribuer à l’analyse des représentations de la Seine-Saint-Denis dont l’image est capitale pour ses évolutions.