Archives de catégorie : Seine-Saint-Denis

Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn

« 93, mémoires d’un territoire », d’une représentation présentée comme réalité

fr-vignette1

De l’importance des représentations pour la géographie de la Seine-Saint-Denis

L’analyse du documentaire, “93, mémoires d’un territoire”, de Yamina Benguigui, montre une concentration d’images associées à ce département, images validées au niveau national qui ont un impact sur les politiques publiques. L’analyse ci-jointe 93 memoire d’un territoire amorce une étude plus vaste des représentations des acteurs de ce département. Il est nécessaire de regarder ce film puis juste après “93, la belle rebelle”, film de Jean-Pierre Thorn diffusé en 2011.

Le choix d’étudier les représentations de ce territoire est un élément essentiel d’une géopolitique de la Seine-Saint-Denis, la compréhension des images des acteurs étant impliquée systématiquement dans les analyses de géopolitique interne et externe.

Un regard géographique sur la Seine-Saint-Denis en voie de métropolisation : Francois Maspéro

9782020124676

 

S’il est un auteur, écrivain et géographe à la fois, qui a décrit ce que des experts dénommeront métropolisation en Ile-de-France, c’est bien François Maspero à travers Les Passagers du Roissy-Express.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est traversé par un regard géographique et qu’il parle métropole bien avant l’heure et, ce, à travers la Seine-Saint-Denis.

Voici un texte court accompagnant une lecture de François Maspero : La Seine-Saint-Denis selon Maspero

Wilfried SERISIER

 

 

Les Séminaires du CEVIPOF : “La Seine Saint-Denis” 2010-2011

Ce séminaire prolonge le groupe de travail « banlieues », qui s’est réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Il se veut pluridisciplinaire et informel, ouvert aussi bien aux universitaires, aux chercheurs et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des praticiens, urbanistes, militants associatifs, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.

Nous souhaitons centrer nos analyses sur la Seine-Saint-Denis, ce territoire médiatique et singulier en transformation, façonné par l’immigration, associé à l’histoire de la banlieue rouge et devenu depuis sa création, en 1964, un épicentre des politiques publiques dites de cohésion urbaine (logement social, politique de la ville, gentrification…). Cette première année sera consacrée à l’histoire et à l’actualité politique de la Seine-Saint-Denis. Deux approches sont privilégiées : la politique de la ville et les résistances et les recompositions partisanes. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.

30 novembre : Politique de la ville en Seine-Saint-Denis

Marie-Hélène Bacqué (discutante), Emmanuel Bellanger, Benoît Breville (doctorant en histoire contemporaine, Université Paris 1), Gregory Busquet (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïques-Lavue, sous réserve).

14 décembre : Politique de la ville : le cas de La Courneuve

Bernard Barre (urbaniste), Alessia de Biase (architecte anthropologue), Mimouna Hadjam (militante associative, association Africa), Gilles Poux (maire de La Courneuve), Henri Rey (politiste, discutant).

4 janvier : Parti communiste : la fin du communisme municipal ?

Roger Martelli (historien), Evelyne Yonnet (conseillère générale d’Aubervilliers), Samir Hadj Belgacem (doctorant, CMH, ENS-EHESS), Gilles Garnier (conseiller général de Noisy-le-Sec) et Henri Rey (politiste, discutant).

8 février : Parti communiste : les résistances

15 mars : La Seine-Saint-Denis : « banlieue rose » ?

26 avril : Les Verts en Seine-Saint-Denis

Jacques Archimbaud,  ancien directeur du cabinet de Dominique Voynet, maire de Montreuil, Michel Bourgain, maire de l’ Île-Saint-Denis, Daniel Boy,  directeur de recherches au CEVIPOF, Stéphane Gatignon, maire de Sevran,Discutants: Emmanuel Bellanger, historien, Paris I et Henri Rey, directeur de recherche au CEVIPOF.

17 mai : Les droites en Seine-Saint-Denis

Philippe Dallier, sénateur UMP de la Seine-saint-Denis,

Discutants: Thomas Guenole, doctorant Sciences Po/Cevipof, Emmanuel Bellanger, historien Paris I

Site du CEVIPOF