Archives de catégorie : Articles

Vers une démocratie locale de l’abstention ? Le cas de la Seine-Saint-Denis

Aux élections municipales de 2014, les huit départements franciliens font partie des dix premiers de France où l’abstention a été la plus élevée, la Seine-Saint-Denis étant même au premier rang national (51,3 %). À Paris, l’abstention a été de 43,7 %. Dans les Hauts-de-Seine de 43,5 %. L’abstention est sensiblement plus élevée dans le Val-de-Marne (47,2 %), avec huit communes dépassant les 50 % d’abstention au second tour. À Villeneuve-Saint-Georges, l’addition des voix de la liste UMP-UDI et de la droite est supérieure de 1230 voix à la liste de gauche au 1er tour. La mobilisation des abstentionnistes permet à la liste de gauche de l’emporter avec 30 voix d’avance au second tour (+ 9 %).

En Seine-Saint-Denis, l’abstention a baissé de cinq points en moyenne entre les deux tours et même de dix points à Bobigny. Mais c’est en Seine-Saint-Denis que le phénomène est le plus marquant : l’abstention dépasse les 50 % au premier tour dans plus d’une commune sur deux (22 sur 40) et dans deux d’entre elles, Clichy-sous-Bois et Stains, franchit même la barre des 60 %. Force est de constater qu’il en est de même pour les européennes de 2014 particulièrement en Seine-Saint-Denis (80% à Villetaneuse, 75% à La Courneuve) mais le phénomène s’atténue pour les élections départementales et régionales. La montée de l’abstention, constatée depuis plusieurs années, dans la partie centrale de la région capitale se confirme donc.

La forte abstention dans ces communes « populaires » (où les ménages sont majoritairement ouvriers et employés) est corrélée, on le sait, à deux autres facteurs sociodémographiques : une population jeune, de nombreux étrangers et descendants d’immigrés. Enfin, il est remarquable que l’abstention soit maximale dans des communes où les chantiers de la rénovation urbaine s’achèvent, avec un fort niveau d’investissement public. Assurément, l’investissement public n’a pas (ou pas encore) fait disparaître chez les habitants le sentiment d’être délaissés par les pouvoirs publics. Un sentiment qui entretient la désaffiliation civique. Cette forte abstention pèse sur la légitimité électorale des nouvelles équipes.

Ainsi, en 2014, à Saint-Denis, la liste Front de gauche de Didier Paillard, élue au second tour, représente à peine 9 % de la population totale, 12 % des habitants de plus de 18 ans, 21 % des inscrits. La répercussion la plus immédiate de l’abstention est une représentativité électorale affaiblie des équipes municipales élues. Dans huit villes de Seine-Saint-Denis, leur score représente en moyenne 28 % des électeurs inscrits, 20 % des habitants de plus de 18 ans et à peine 15 % de la population totale. Cette représentativité limitée est due, on le sait, à la surreprésentation des moins de 18 ans (26,1 % de la population) et des étrangers non communautaires (qui forment la grande majorité des 20 % d’étrangers que compte le département).

La montée de l’abstention en proche couronne masque donc d’autres aspects de la « ségrégation politique » [Braconnier et Dormagen, 2007] : le sentiment d’une part croissante de cette population réelle de n’être pas représentée par les élus, l’écart entre l’effectif de population d’un territoire et celui des votants effectifs. Ce n’est qu’en 2014 qu’un maire d’une commune de plus de 30000 habitants est issu de l’immigration algérienne : Azzedine Taïbi (PCF, Stains) est élu en Seine-Saint-Denis.

Cet écart montre l’actualité d’une revendication déjà ancienne : le droit de vote des étrangers non communautaires. Une nouvelle étape dans une relégitimation électorale serait de mettre un terme à l’interminable débat suscité par l’application du droit de vote des étrangers non communautaires. En petite couronne, quand la proportion des jeunes de moins de 20 ans ayant un parent immigré est à plus de 50 %, l’abstention est relativement élevée. On peut également corréler la proportion d’étrangers avec le taux d’abstention. Dans les communes où la proportion des étrangers est supérieure à 20 %, l’abstention est élevée puisqu’elle dépasse systématiquement le seuil de 40 %.

Les municipales de 2014 en première couronne confirment ce que nous pourrions qualifier de « démocratie locale de l’abstention », en suivant l’analyse de Dormagen et Braconnier à condition de l’aborder comme un phénomène local multifactoriel (taux d’abstention, non-inscription, blancs et nuls…) aboutissant à une distance accrue entre population et élus.

Un des enjeux des échéances de 2017 sera constitué par l’augmentation des taux d’abstention, sa baisse ou sa stagnation. Le vote ou le non-vote dans les quartiers sera décisif pour leur avenir.

décembre 2016

europeennes-2014-01

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis – publié dans le n° 162 de la revue HERODOTE

Résumé

La Seine-Saint-Denis peut être considérée comme une terre de mission au xxie siècle pour de nouveaux acteurs politiques qui prétendent agir au nom d’une communauté musulmane qu’ils tentent d’instituer. L’analyse de ces nouveaux acteurs modifie la situation géopolitique locale. En Seine-Saint-Denis, la visibilité de l’islam s’accroît, du fait de la concentration des « musulmans sociologiques ». Il faut cependant distinguer les islams confessionnel et identitaire. Premier par le nombre de lieux de culte musulmans, le département a vu se développer une association, l’UAM 93 (Union des associations de musulmans de Seine-Saint-Denis), qui se revendique d’un islam de France qui devrait émaner des fidèles et qui diffuse la représentation géopolitique selon laquelle la population locale serait majoritairement musulmane. Il s’agit là de la tentative d’un lobby avec des registres d’action spécifiques qui démontre qu’il existe des stratégies pour constituer un « vote musulman » à dissocier des « votes ethniques ». Un tel lobby a pu montrer son efficacité lors des élections locales en Seine-Saint-Denis, territoire historiquement de gauche. Les dynamiques à l’œuvre autour de ce « vote » peuvent bénéficier à la droite et même au FN.

http://www.herodote.org/IMG/pdf/162-serisier.pdf

 

6-01 7-01 untitled-5-04

La Seine-Saint-Denis, encore une banlieue dans le Grand Paris ?

Serisier-Couverture-519x420

De quoi la Seine-Saint-Denis est-elle le nom ?

Périmètre administratif construit de manière géopolitique par les élus et fonctionnaires parisiens des années 1960 pour contenir le danger communiste, elle a été associée à une identité politique forte dès le début de son existence, site d’une contre-société communiste face à un Paris bourgeois et de droite. Au début des années 1980, on assiste, avec les crises économiques et urbaines, à une dépolitisation progressive de la société locale, à une identité stigmatisée et à une dégradation des conditions de vie des habitants. En 1998, un rapport sur les établissements scolaires du département décrit « des difficultés hors du commun » et un « environnement no future » (Éducation Nationale, 1998).

En 2005, des émeutes éclatent à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à l’est de la Seine-Saint-Denis. Dans l’évaluation sénatoriale de la politique de la ville réalisée à la suite des émeutes, les sénateurs décrivent « une concentration problématique des difficultés sociales » et proposent des mesures d’exception (Sénat, 2006). La Seine-Saint-Denis semble être le nom de la « banlieue » à la condition de comprendre cette notion en deux sens. La « banlieue » désigne la concentration des processus de paupérisation dans des espaces urbains périphériques. Sur ces territoires, l’attention médiatique se cristallise. Des politiques publiques s’exercent en faisant des banlieues des territoires « à part ». En outre, la Seine-Saint-Denis s’inscrit dans une région inégalitaire puisqu’elle contient également les départements les plus riches de France (Yvelines, Paris, Hauts-de-Seine) en termes de fiscalité et de revenus des ménages…

L’article dans la revue Urbanités

Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn

De la démocratie participative pour renouveler la scène politique locale

Une donne fondamentale gagne à être prise en compte dans les recherches sur la démocratie participative : la complexité territoriale. Tous les dispositifs participatifs émergent à partir d’une situation territoriale particulière et concourent à la « petite fabrique des territoires ». Aujourd’hui, il s’agit d’analyser les effets de la participation sur la « fabrique des territoires » : quels sont les effets des configurations participatives dans l’élaboration des territoires politiques ? Nous prendrons pour problématiser cette question deux exemples, correspondant à deux échelles d’analyse différentes, l’un dans une commune, l’autre dans une communauté d’agglomération (qui intègre la première dans son territoire) situées dans la proche couronne parisienne. Les deux territoires offrent un cadre d’analyse privilégié pour étudier les effets des dispositifs participatifs considérés comme un ensemble, et non individuellement.

Un regard géographique sur la Seine-Saint-Denis en voie de métropolisation : Francois Maspéro

9782020124676

 

S’il est un auteur, écrivain et géographe à la fois, qui a décrit ce que des experts dénommeront métropolisation en Ile-de-France, c’est bien François Maspero à travers Les Passagers du Roissy-Express.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est traversé par un regard géographique et qu’il parle métropole bien avant l’heure et, ce, à travers la Seine-Saint-Denis.

Voici un texte court accompagnant une lecture de François Maspero : La Seine-Saint-Denis selon Maspero

Wilfried SERISIER