Archives de catégorie : Lectures / Readings

Le numéro d’HERODOTE dédié à la Seine-Saint-Denis est paru – à acheter dans toute bonne librairie

Présentation

Caractérisée par l’histoire de la banlieue rouge, des processus ségrégatifs sociaux et ethniques et une représentation d’espace marginalisé où s’accumulent des identités stigmatisées, la Seine-Saint-Denis est un territoire où les problèmes économiques et sociaux sont les plus graves : chômage, logement indigne, échec scolaire, délinquance.

Mais le 9-3, c’est aussi avant tout une représentation géopolitique et il se pourrait qu’elle évolue rapidement car c’est un territoire en pleine mutation économique, sociale, politique et urbaine qu’accélèrera la métropole Grand Paris avec le réseau du Grand Paris express. Aussi le territoire du 9-3 concentre-t-il tous les défis et toutes les promesses de la France postcoloniale, c’est pourquoi il est sans doute le test décisif de notre capacité à faire nation.

la rédaction Hérodote

 

Sommaire

Éditorial par Béatrice GIBLIN

Nouvelle donne géopolitique en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER, Philippe SUBRA 

Le défi des islams en Seine-Saint-Denis par Wilfried SERISIER

Le 9-3 symbole du ghetto dans la nation par Jérémy ROBINE 

Le trafic d’armes en Seine-Saint-Denis : aspects géopolitiques et enjeux par Jean-Charles ANTOINE 

L’école en Seine-Saint-Denis : une pauvre école pour des enfants de pauvres ? par Gatien ELIE |

Ni la race ni le 9-3 ne sont ce que nous croyons qu’ils sont par Yohann LE MOIGNE, Alex SCHAFRAN, Gregory SMITHSIMON 

Le hip-hop comme élément identitaire dans le 9-3 par Vincent PIOLET

Seule une politique de développement qui profite à la population nous protégera du vote Front national par Entretien Avec Patrick BRAOUEZEC 

La fin du 9-3 ? La Seine-Saint-Denis entre représentations et métropolisation par Daniel BEHAR, Manon LOISEL, Nicolas RIO

Un territoire tremplin ? La politique de la ville en trompe l’œil par Philippe ESTÈBE 

L’habitat indigne aux portes de Paris : le cas de Saint-Denis, entre idéal et realpolitik par Mathilde COSTIL 

Égalité entre hommes et femmes : les mères en première ligne. Un hommage à Camille Lacoste-Dujardin par Barbara LOYER

http://www.herodote.org/spip.php?article739

La Seine-Saint-Denis, territoire d’étude emblématique pour les thèses sur la gentrification ?

Trois thèses récentes portent sur les processus de gentrification en Seine-Saint-Denis, elles sont toutes accessibles par internet :

“Générations de classes moyennes et travail de gentrification : changement social et changement urbain dans le Bas Montreuil et à la Croix-Rousse, 1975-2005”, par Anaïs Collet, lire la thèse 

“Engagement et mobilité sociale par la culture : étude de trois configurations politiques et artistiques en banlieue rouge (1960-2014)”, par Pauline Clech, lire la thèse

“Transformations sociales en banlieue rouge : politiques locales, stratégies résidentielles et inscription territoriale des classes moyennes”, par Lina Raad, lire la thèse

Le Grand Paris, sa banlieue rouge et ses solidarités intercommunales : les leçons de l’histoire, par Emmanuel BELLANGER

Le retour du Grand Paris dans le débat public interpelle les formes contemporaines du gouvernement local. Dans la région capitale, les sources du contentieux entre collectivités locales et puissances tutélaires (préfectures, ministères, présidence de la République…) sont anciennes. Elles se nouent autour des questions de frontières, de compétences et de péréquations financières.

Contrairement aux idées reçues, le Grand Paris n’est pas une thématique nouvelle soudainement reprise dans l’agenda municipal de 2001 et dans celui présidentiel de juin 2007. La création, au lendemain des municipales de mars 2008, d’un secrétariat d’État à compétence territoriale est à ce titre riche d’enseignement. Le choix de son intitulé « développement de la région capitale » est ici révélateur du poids des mots et de leurs histoires. Aux termes attendus de « Grand Paris » qui charrient un lourd contentieux Paris-Banlieues, symboliques et historiques, le pouvoir central a préféré les mots plus policés de « région capitale » qui ne tranchent pas l’épineuse question de la coexistence du gouvernement de la région Ile-de-France, formalisé en 1961, avec celui du Grand Paris disparu officiellement au 1er janvier 1968.

Le Grand Paris, que l’on redécouvre au tournant des années 2000, a bel et bien une histoire actée avec la Révolution française et achevée au début des années 1960 avec la création du district de la région parisienne en 1961 et l’adoption de la loi du 10 juillet 1964 qui désolidarise la capitale de sa proche banlieue au profit d’un nouveau découpage départemental : le 75, 78, 91, 92, 93, 94 et 95. Pendant plus d’un siècle, l’entité politique Grand Paris a existé sous les traits typés de l’ancien département de la Seine, composé de la capitale et de 80 communes suburbaines. Sa création atteste que les découpages administratifs ne sont jamais neutres. En 1790, le législateur voulait contenir l’influence de la plus puissante municipalité du royaume, riche et rebelle, en la ceinturant d’un premier anneau de communes en voie d’urbanisation, la Seine banlieue, et d’une seconde couronne de 6 000 kilomètres carrés, la Seine-et-Oise, sans centralité, à dominante rurale et avec pour capitale Versailles.

Lire l’article 

Ghettos Américains, Banlieues Françaises, par Béatrice GIBLIN

Durant l’automne 2005, une partie des banlieues françaises s’est embrasée sous l’effet d’une vague de violences urbaines sans précédent. La France est-elle en train de voir émerger un phénomène comparable à celui des ghettos américains ? La ségrégation ethnique prenant le relais ou se combinant avec la ségrégation socio-spatiale, jamais la comparaison entre les situations américaines et françaises n’a paru aussi nécessaire. Assiste-t-on à une américanisation au moins partielle de la question des banlieues ? Au travers d’études de cas précises – New York, villes californiennes, banlieue nord de Paris, région lyonnaise et nord de la France -, les auteurs de ce numéro d’Hérodote (qui reprend les communications d’un colloque franco-américain à l’université de Cergy-Pontoise en décembre 2005) analysent les similarités et les différences des processus de ségrégation aux États-Unis et en France. Faut-il désormais appréhender le problème de la ségrégation en terme de minorités et faut-il le mesurer en classant les populations en fonc-tion de leur appartenance ethnique ? Quelles expériences innovantes permettent de lutter contre la ségrégation ?

Lire l’article 

Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ? par Philippe SUBRA

La Commission Balladur a été chargée par Nicolas Sarkozy de réfléchir à une réforme de l’organisation territoriale de la France. Il est fort probable qu’elle se heurtera à deux obstacles majeurs. D’abord la résistance des institutions elles-mêmes et des élus locaux. La suppression des départements signifierait celle d’autant de présidents de conseils généraux, de centaines de vice-présidents et de nombreux postes de fonctionnaires. La fusion des régions est aussi problématique pour la même raison. Mais c’est la fonction politique et identitaire des territoires locaux qui risque de constituer le problème principal. Car départements et communes jouent un rôle essentiel dans les rapports de forces entre partis politiques et dans la carrière des élus. Et même les nouveaux départements d’Île-de-France, créés il y a 40 ans, et les régions les plus artificielles ont acquis une valeur identitaire pour les populations. On peut se demander si l’urgence n’est pas plutôt dans l’élection directe des exécutifs des intercommunalités, devenues les vrais lieux du pouvoir au niveau local. La porte est ouverte en tout cas, pour la 1ère fois depuis la Révolution française, à une organisation différenciée du territoire, selon les régions. Ce qui constituera une rupture remarquable.

Lire l’article

Attention, un train de réformes territoriales peut en cacher un autre ! Béatrice GIBLIN

Le président de la République, toujours déterminé à moderniser la France, a lancé la réforme territoriale, en affirmant qu’il « irait jusqu’au bout ». Autrement dit il saura résister à la grogne, voire même à la fronde des élus locaux. Le comité Balladur a été chargé de préparer cette réforme. En vérité, depuis plusieurs mois, les partisans du président répètent à l’envi que l’organisation territoriale de la France est trop compliquée et surtout qu’elle est une source de coûts supplémentaires. Mais qu’en est-il ? Cette réforme territoriale, plus qu’une modernisation urgente de la France, est un retour de la centralisation et du contrôle de l’État, moyen de reprendre le contrôle des collectivités territoriales majoritairement à gauche depuis les élections régionales de 2004.

Lire l’article

 

Effets de quartiers et dynamique de la ségrégation urbaine, thèse de Aurélien Decamps

Cette thèse analyse les mécanismes participant à la formation d’une dynamique cumulative de la ségrégation. Elle privilégie une entrée par les effets de quartiers, qui représentent l’articulation entre un certain nombre de déterminants urbains de la ségrégation et la valorisation d’externalités de voisinage. L’approche par les effets de quartiers nous conduit à reconnaître le rôle de l’hétérogénéité de l’espace urbain, et de sa perception par les agents. Nous développons un modèle de ségrégation fondé sur la cognition spatiale, qui nous permet de représenter l’émergence de configurations ségrégées relevant de logiques de ségrégation “choisie” ou “subie”, à partir de la complexité des représentations spatiales des agents. L’analyse de l’inscription spatiale des effets de quartiers au sein du territoire urbain bordelais nous permet ensuite de confirmer la relation forte s’établissant entre ségrégation et métropolisation. Les effets de quartiers participent de façon active à la structuration et à la différenciation de l’espace urbain, ce qui est notamment appréhendé à travers leur impact sur la valorisation des prix du logement. L’approche par les effets de quartiers confirme l’existence d’une dynamique cumulative de la ségrégation, qui inscrit durablement les inégalités au sein du territoire urbain.

Lire la thèse