Les Séminaires du CEVIPOF : “La Seine Saint-Denis” 2010-2011

Ce séminaire prolonge le groupe de travail « banlieues », qui s’est réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Il se veut pluridisciplinaire et informel, ouvert aussi bien aux universitaires, aux chercheurs et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des praticiens, urbanistes, militants associatifs, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.

Nous souhaitons centrer nos analyses sur la Seine-Saint-Denis, ce territoire médiatique et singulier en transformation, façonné par l’immigration, associé à l’histoire de la banlieue rouge et devenu depuis sa création, en 1964, un épicentre des politiques publiques dites de cohésion urbaine (logement social, politique de la ville, gentrification…). Cette première année sera consacrée à l’histoire et à l’actualité politique de la Seine-Saint-Denis. Deux approches sont privilégiées : la politique de la ville et les résistances et les recompositions partisanes. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.

30 novembre : Politique de la ville en Seine-Saint-Denis

Marie-Hélène Bacqué (discutante), Emmanuel Bellanger, Benoît Breville (doctorant en histoire contemporaine, Université Paris 1), Gregory Busquet (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïques-Lavue, sous réserve).

14 décembre : Politique de la ville : le cas de La Courneuve

Bernard Barre (urbaniste), Alessia de Biase (architecte anthropologue), Mimouna Hadjam (militante associative, association Africa), Gilles Poux (maire de La Courneuve), Henri Rey (politiste, discutant).

4 janvier : Parti communiste : la fin du communisme municipal ?

Roger Martelli (historien), Evelyne Yonnet (conseillère générale d’Aubervilliers), Samir Hadj Belgacem (doctorant, CMH, ENS-EHESS), Gilles Garnier (conseiller général de Noisy-le-Sec) et Henri Rey (politiste, discutant).

8 février : Parti communiste : les résistances

15 mars : La Seine-Saint-Denis : « banlieue rose » ?

26 avril : Les Verts en Seine-Saint-Denis

Jacques Archimbaud,  ancien directeur du cabinet de Dominique Voynet, maire de Montreuil, Michel Bourgain, maire de l’ Île-Saint-Denis, Daniel Boy,  directeur de recherches au CEVIPOF, Stéphane Gatignon, maire de Sevran,Discutants: Emmanuel Bellanger, historien, Paris I et Henri Rey, directeur de recherche au CEVIPOF.

17 mai : Les droites en Seine-Saint-Denis

Philippe Dallier, sénateur UMP de la Seine-saint-Denis,

Discutants: Thomas Guenole, doctorant Sciences Po/Cevipof, Emmanuel Bellanger, historien Paris I

Site du CEVIPOF

 

 

Le Grand Paris, sa banlieue rouge et ses solidarités intercommunales : les leçons de l’histoire, par Emmanuel BELLANGER

Le retour du Grand Paris dans le débat public interpelle les formes contemporaines du gouvernement local. Dans la région capitale, les sources du contentieux entre collectivités locales et puissances tutélaires (préfectures, ministères, présidence de la République…) sont anciennes. Elles se nouent autour des questions de frontières, de compétences et de péréquations financières.

Contrairement aux idées reçues, le Grand Paris n’est pas une thématique nouvelle soudainement reprise dans l’agenda municipal de 2001 et dans celui présidentiel de juin 2007. La création, au lendemain des municipales de mars 2008, d’un secrétariat d’État à compétence territoriale est à ce titre riche d’enseignement. Le choix de son intitulé « développement de la région capitale » est ici révélateur du poids des mots et de leurs histoires. Aux termes attendus de « Grand Paris » qui charrient un lourd contentieux Paris-Banlieues, symboliques et historiques, le pouvoir central a préféré les mots plus policés de « région capitale » qui ne tranchent pas l’épineuse question de la coexistence du gouvernement de la région Ile-de-France, formalisé en 1961, avec celui du Grand Paris disparu officiellement au 1er janvier 1968.

Le Grand Paris, que l’on redécouvre au tournant des années 2000, a bel et bien une histoire actée avec la Révolution française et achevée au début des années 1960 avec la création du district de la région parisienne en 1961 et l’adoption de la loi du 10 juillet 1964 qui désolidarise la capitale de sa proche banlieue au profit d’un nouveau découpage départemental : le 75, 78, 91, 92, 93, 94 et 95. Pendant plus d’un siècle, l’entité politique Grand Paris a existé sous les traits typés de l’ancien département de la Seine, composé de la capitale et de 80 communes suburbaines. Sa création atteste que les découpages administratifs ne sont jamais neutres. En 1790, le législateur voulait contenir l’influence de la plus puissante municipalité du royaume, riche et rebelle, en la ceinturant d’un premier anneau de communes en voie d’urbanisation, la Seine banlieue, et d’une seconde couronne de 6 000 kilomètres carrés, la Seine-et-Oise, sans centralité, à dominante rurale et avec pour capitale Versailles.

Lire l’article 

Ghettos Américains, Banlieues Françaises, par Béatrice GIBLIN

Durant l’automne 2005, une partie des banlieues françaises s’est embrasée sous l’effet d’une vague de violences urbaines sans précédent. La France est-elle en train de voir émerger un phénomène comparable à celui des ghettos américains ? La ségrégation ethnique prenant le relais ou se combinant avec la ségrégation socio-spatiale, jamais la comparaison entre les situations américaines et françaises n’a paru aussi nécessaire. Assiste-t-on à une américanisation au moins partielle de la question des banlieues ? Au travers d’études de cas précises – New York, villes californiennes, banlieue nord de Paris, région lyonnaise et nord de la France -, les auteurs de ce numéro d’Hérodote (qui reprend les communications d’un colloque franco-américain à l’université de Cergy-Pontoise en décembre 2005) analysent les similarités et les différences des processus de ségrégation aux États-Unis et en France. Faut-il désormais appréhender le problème de la ségrégation en terme de minorités et faut-il le mesurer en classant les populations en fonc-tion de leur appartenance ethnique ? Quelles expériences innovantes permettent de lutter contre la ségrégation ?

Lire l’article 

Grand Paris : la gouvernance métropolitaine… pour quoi faire ? Daniel BEHAR

Il n’y aura pas de grand projet du Grand Paris – pas de grand soir institutionnel – affirme Daniel Béhar. Dans le fil d’une discussion ouverte sur Métropolitiques (voir les articles de Mansat, Braouzec et Barraud-Serfaty et Halbert), il identifie quatre pôles autour desquels une gouvernance métropolitaine est en train d’émerger et pose la question des outils à mobiliser. L’enjeu serait de passer d’une lecture mécanique de la solidarité à une organisation fonctionnelle de la métropole…

Lire l’article 

Les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional à Paris et en Île-de-France, Mathieu Jeanne

Malgré l’abstention annoncée par les enquêtes d’opinion, les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional des 14 et 21 mars sont de taille. Il s’agit d’abord du contrôle du conseil régional d’Île- de-France, la région la plus peuplée et la plus riche de France. Au-delà de la rivalité médiatique qui oppose le sortant socialiste Jean-Paul Huchon et la ministre Valérie Pécresse, chaque camp politique joue gros dans cette élection. La droite unie, mais affaiblie par l’impopularité de Nicolas Sarkozy, doit prouver qu’elle peut rallier l’électorat de centre-droit. C’est la condition pour reconquérir les collectivités territoriales perdues ces dernières années. A gauche, la concurrence entre les différentes formations au premier tour définira le rapport de forces pour les prochaines échéances électorales : législatives de 2012 et élections des conseillers territoriaux en 2014.

Lire l’article

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? Mathieu Jeanne

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

Lire l’article

Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ? par Philippe SUBRA

La Commission Balladur a été chargée par Nicolas Sarkozy de réfléchir à une réforme de l’organisation territoriale de la France. Il est fort probable qu’elle se heurtera à deux obstacles majeurs. D’abord la résistance des institutions elles-mêmes et des élus locaux. La suppression des départements signifierait celle d’autant de présidents de conseils généraux, de centaines de vice-présidents et de nombreux postes de fonctionnaires. La fusion des régions est aussi problématique pour la même raison. Mais c’est la fonction politique et identitaire des territoires locaux qui risque de constituer le problème principal. Car départements et communes jouent un rôle essentiel dans les rapports de forces entre partis politiques et dans la carrière des élus. Et même les nouveaux départements d’Île-de-France, créés il y a 40 ans, et les régions les plus artificielles ont acquis une valeur identitaire pour les populations. On peut se demander si l’urgence n’est pas plutôt dans l’élection directe des exécutifs des intercommunalités, devenues les vrais lieux du pouvoir au niveau local. La porte est ouverte en tout cas, pour la 1ère fois depuis la Révolution française, à une organisation différenciée du territoire, selon les régions. Ce qui constituera une rupture remarquable.

Lire l’article

Attention, un train de réformes territoriales peut en cacher un autre ! Béatrice GIBLIN

Le président de la République, toujours déterminé à moderniser la France, a lancé la réforme territoriale, en affirmant qu’il « irait jusqu’au bout ». Autrement dit il saura résister à la grogne, voire même à la fronde des élus locaux. Le comité Balladur a été chargé de préparer cette réforme. En vérité, depuis plusieurs mois, les partisans du président répètent à l’envi que l’organisation territoriale de la France est trop compliquée et surtout qu’elle est une source de coûts supplémentaires. Mais qu’en est-il ? Cette réforme territoriale, plus qu’une modernisation urgente de la France, est un retour de la centralisation et du contrôle de l’État, moyen de reprendre le contrôle des collectivités territoriales majoritairement à gauche depuis les élections régionales de 2004.

Lire l’article

 

Effets de quartiers et dynamique de la ségrégation urbaine, thèse de Aurélien Decamps

Cette thèse analyse les mécanismes participant à la formation d’une dynamique cumulative de la ségrégation. Elle privilégie une entrée par les effets de quartiers, qui représentent l’articulation entre un certain nombre de déterminants urbains de la ségrégation et la valorisation d’externalités de voisinage. L’approche par les effets de quartiers nous conduit à reconnaître le rôle de l’hétérogénéité de l’espace urbain, et de sa perception par les agents. Nous développons un modèle de ségrégation fondé sur la cognition spatiale, qui nous permet de représenter l’émergence de configurations ségrégées relevant de logiques de ségrégation “choisie” ou “subie”, à partir de la complexité des représentations spatiales des agents. L’analyse de l’inscription spatiale des effets de quartiers au sein du territoire urbain bordelais nous permet ensuite de confirmer la relation forte s’établissant entre ségrégation et métropolisation. Les effets de quartiers participent de façon active à la structuration et à la différenciation de l’espace urbain, ce qui est notamment appréhendé à travers leur impact sur la valorisation des prix du logement. L’approche par les effets de quartiers confirme l’existence d’une dynamique cumulative de la ségrégation, qui inscrit durablement les inégalités au sein du territoire urbain.

Lire la thèse

Mutations territoriales, stratégie des acteurs et gouvernance en Seine-Saint-Denis 1998-2016 – résumé de recherche, version 2013

Le territoire de la Seine-Saint-Denis, longtemps balafré par la désindustrialisation, est en train de se transformer de manière accélérée, notamment depuis le début des années 1990. Cette transformation se produit dans de nombreux domaines : aménagement du territoire, développement économique, démographie, dynamismes sociologiques, changements politiques. Le territoire se développe et se raccroche à la circulation des richesses métropolitaines. On parle même d’ « intégration métropolitaine ». Les mutations socio-économiques se traduisent dans les changements politiques progressifs que connaît le département.

Les mutations à l’œuvre sont néanmoins contradictoires, le territoire de la Seine-Saint-Denis étant grevé par un niveau important d’inégalités, miné par une ségrégation sociospatiale latente et évolutive. Des dynamiques contradictoires apparaissent à d’autres échelles infradépartementales : des phénomènes de « gentrification » s’opposent à des phénomènes de « ghettoïsation ».  L’enjeu majeur des politiques publiques en et pour la Seine-Saint-Denis est  la réduction de la ségrégation sociospatiale.

Il y a en Seine-Saint-Denis au moins trois dynamiques contradictoires, imbriquées entre elles :

  • une économie attractive et une augmentation des inégalités sociales
  • Des processus territorialisés de « gentrification » et de « ghettoïsation », d’où des tensions entre populations dans l’espace public et des logiques d’enclavement
  • Un réaménagement du territoire confrontés à des aménagements passés et répulsifs.

En observant les différents phénomènes en Seine-Saint-Denis, plusieurs questionnements ressortent :

  • Quels sont les mécanismes, à tout niveau, qui entraînent et accentuent la ségrégation socio-spatiale qui empêchent, aujourd’hui, la réduction des inégalités et le développement équilibré du territoire ?
  • Quels sont les formes d’aménagement du territoire qui peuvent expliquer en partie les processus de ségrégations à l’œuvre ?
  • Est-ce que le développement dynamique, dans la configuration socio-politique actuelle, ne pourrait-il pas, tout au contraire, aiguiser les tensions sociales ? Autrement dit, est-ce que les groupes avec un plus haut revenu que la moyenne départementale ne pourraient-elles pas se heurter aux groupes ségrégés ?
  • Y-a-t-il et quels sont les effets pervers des politiques publiques mises en œuvre pour réduire les inégalités sociales ?

Face à ces mutations contradictoires, les acteurs locaux, et d’abord politiques adoptent des stratégies pour conquérir ou maintenir le pouvoir local, pouvoir qui permet d’accompagner les changements ou d’élaborer des réponses face à l’enjeu majeur : la réduction de la ségrégation sociale.

Les dynamiques et contre-dynamiques déjà soulignées dépendent des acteurs intervenants sur le territoire. Ils sont multiples et emploient de multiples stratégies pour se maintenir ou conquérir des positions de pouvoir : élus, gouvernement, associations, acteurs économiques, groupes d’habitants…Les dynamiques et contre-dynamiques, mais aussi les jeux d’acteurs qui ont lieu sont compréhensibles aussi à des échelles plus larges : l’échelle nationale (l’Etat, les partis politiques, les « médias »), l’échelle régionale (les politiques régionales, les relations avec les départements voisins).

Malgré l’enjeu majeur, la gouvernance en Seine-Saint-Denis est éclatée et en évolution : la banlieue rouge se transforme, le parti socialiste avance. Des acteurs de la société civile se multiplient. Les niveaux d’intervention de la puissance publique sont pluriels, voire contradictoires : l’Etat est présent (à travers la politique de la ville, la sécurité publique), l’établissement Public Plaine de France, le conseil régional, le département, les intercommunalités, les communes, sans oublier la Ville de Paris.  Les stratégies des acteurs en matière de gouvernance s’inscrivent dans le conflit  public sur le Grand Paris, relancé en 2007, débat où l’image du territoire, et donc a fortiori celle du 93, a un rôle clef dans l’attractivité régionale.

Même si le territoire est fortement valorisé par les acteurs et possède des qualités intrinsèques singulières, l’identité du « 93 » reste basée sur une image négative cristallisant des marqueurs tels que « ghetto » et « communautarisme », précarisation et marginalisation, « grands ensembles », « insécurité », crises locales et généralisée. Cette image freine les mutations initiées de haute lutte par les acteurs locaux, oriente les politiques publiques et les mouvements sociodémographiques des populations.

Les mutations territoriales peuvent être repérées au début des années 1990, même si les acteurs esquissent une reconversion avant. 2008. C’est en 1998 que se cristallise de nouvelles dynamiques avec, à Saint-Denis, la construction du Stade de France et la victoire de l’équipe de France Black-Blanc-Beur. Les mutations seront étudiées jusqu’aux élections municipales de 2014 qui verront confirmés ou non les dynamismes géopolitiques repérées.

Faire d’un territoire départemental l’objet d’une recherche peut paraître ambitieux. D’une part, les dynamismes répondent à différentes échelles qui s’emboîtent les unes aux autres. Ils se retrouvent, avec des différences locales dans différents secteurs (conflit entre ghettoïsation et gentrification). C’est à l’échelle du département que peut se comprendre des superpositions de politiques publiques avec l’interventionnisme de l’Etat .Enfin, l’image de la Seine-Saint-Denis se constitue et se comprend à l’aune du département.

Notre recherche, d’un point de vue méthodologique, se déclinera selon une approche en termes d’aménagement du territoire (logement social, transformation des friches urbaines, rénovation urbaine, espaces publics, services publics…), une approche historique, une approche géographique du territoire (géographie humaine (des mobilités, de l’emploi, démographique…), géographie électorale), une approche pluridisciplinaire et monographique. Cette démarche fait le pari de la pertinence de l’analyse multiscalaire (emboîtement de plusieurs cartes peut montrer la réelle place du département dans les échelles nationales des inégalités et des ségrégations, mais aussi des stratégies des différents acteurs), une approche des logiques d’acteurs : l’aménagement du territoire, passé ou en train d’arriver, résultent de rapports de force entre acteurs à différents niveaux. Cette approche s’accompagnera par des études de cas (Aubervilliers, Clichy-sous-Bois, Saint-Denis, Montreuil) et par des entretiens semi-directifs. Par là, nous pourrons contribuer à l’analyse des représentations de la Seine-Saint-Denis dont l’image est capitale pour ses évolutions.

Bienvenue à toutes et tous

Bienvenue sur seinesaintdenis.hypotheses.org, le blog de ma recherche doctorale en géopolitique locale sur les évolutions de la Seine-Saint-Denis depuis 1998.

Mon titre provisoire est :

Mutations territoriales, stratégie des acteurs et gouvernance en Seine-Saint-Denis 1998-2014

Sous la direction de Philippe Subra, de l’Institut Français de Géopolitique. Je suis rattaché à l’École doctorale Sciences sociales

Je souhaite que ce blog soit l’exposition partielle de mes recherches et un lieu de débat à propos de la Seine-Saint-Denis, territoire emblématique pour la recherche en géographie et en sciences sociales.

Ma recherche s’articule autour des évolutions politiques de la Seine-Saint-Denis (reflux modéré du Parti Communiste, avancée modérée du Parti Socialiste, avancée du centrisme , maintien de la droite, abstentionnisme…) , la place de la Seine-Saint-Denis dans les politiques publiques (Education nationale, Politique de la ville…) et la complexification de la gouvernance territoriale depuis la fin des années 90. Une telle gouvernance se reconfigure sur le fond d’une métropolisation qui s’accélère et qui commence timidement à s’institutionnaliser dans les années 2008.

La perspective géopolitique admet la primauté des représentations dans les décisions et actions politiques.  Or, sur ce territoire, il existe toute une “économie symbolique”, à savoir un importance des images externes et internes. Au beau nom de Seine-Saint-Denis s’est substitué le sigle “93”. Stigmatisé, ce territoire serait la “banlieue des banlieues” dans l’imaginaire urbain français. Et un tel emplacement négatif a un impact sur les échelles les plus locales.

Résumé de la thèse : Si la Seine-Saint-Denis n’est pas la banlieue rouge des années 1960, elle demeure un terrain politique d’exception au sens où l’abstention ne cesse de croître d’élection en élection, nationale comme locale, et où elle ne suit pas les évolutions électorales de la France et encore moins de l’Île-de-France. Si le territoire et la société locale ont connu de profonds bouleversements depuis la fin des années 1980, les conséquences de ceux-ci sur le système politique local ne sont pas si massives qu’attendu et peuvent même être surprenantes. Cette thèse a pour objet d’étudier les modifications de la gouvernance territoriale et politique entre 1998 et 2018.

Le département de la Seine-Saint-Denis, que nous pouvons qualifier de création géopolitique puisque façonné en raison de motifs politiques, a reçu depuis sa naissance en 1968 le nom « banlieue rouge ». Si son système géopolitique local justifiait ce nom, la crise sociale, urbaine et politique qui affecte le territoire départemental par différentes vagues, contribue à le démanteler dans les années 1990. Non seulement les inégalités sociales s’aggravent par l’accentuation de la ségrégation socio-spatiale qui affecte l’Île-de-France, mais la question sociale est redoublée par la question postcoloniale (émeutes de novembre 2005 ou montée d’une identité musulmane qui s’exprime la scène politique locale). La Seine-Saint-Denis est bien un territoire critique.

Dans un premier temps, cette thèse montre les dynamismes contradictoires qui se confrontent en Seine-Saint-Denis : la question postcoloniale avec son tournant religieux ; la montée forte de la ségrégation sociale avec ses effets sur l’éducation nationale et les défis des territoires face aux dynamiques contradictoires de peuplement (gentrification, ghettoïsation).

Dans un second temps, sur fond de métropolisation, nous voyons comment la gouvernance territoriale est modifiée à travers la complexification du système politique local : nouvelles relations avec Paris, interventions du conseil régional, d’établissements publics d’aménagement, voire de l’Europe… Le débat du Grand Paris relancé en 2007 a rebattu les cartes dans l’aménagement des territoires et les rapports de force locaux. Mais avec l’apparition de la Métropole du Grand Paris, ce jeune département ne risque-t-il pas d’imploser ?