Archives par étiquette : géographie électorale

Nouveaux rapports de force politiques dans la petite couronne parisienne après les élections municipales de 2014, Hérodote 3/2014 (n° 154) , p. 75-92

HER_154_L204

À la veille des municipales des 23 et 30 mars 2014, l’objectif du Parti socialiste (PS) en Île-de-France était de conquérir de nouvelles villes sur la droite et sur le Parti communiste français (PCF), avec en ligne de mire le contrôle d’un nouveau lieu de pouvoir : la métropole de Paris. Le Front de gauche, quant à lui, espérait conserver ses mairies et en reconquérir certaines, perdues au profit du PS en 2008. Quant à la droite, elle misait sur l’insatisfaction à l’égard de l’exécutif. Les états-majors de gauche s’attendaient à mieux résister en Île-de-France que dans les autres régions du pays car François Hollande avait réalisé dans les départements de petite couronne des scores supérieurs à 55 % au second tour de la présidentielle de 2012. Le PS devait profiter de sa mainmise sur les collectivités territoriales d’Île-de-France : le conseil régional, cinq conseils généraux sur huit, une majorité des parlementaires franciliens. Parmi les quatre principales communes de la région, trois étaient à gauche : Paris, Saint-Denis et Montreuil-sous-Bois.

Au soir du 30 mars, les cartes sont rebattues. La métropole, décidée par une loi votée à l’initiative des parlementaires socialistes en juin 2013, bénéficiera in fine à la droite, la majorité des sièges du conseil de la métropole étant désormais acquise à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et à l’UDI (Union des démocrates et indépendants) (voir l’article de Subra dans ce numéro). Que s’est-il passé dans les trois départements périphériques de Paris, qu’on appelle encore « petite couronne » ? Comment interpréter la nouvelle montée de l’abstention ? Peut-on parler simplement de « débâcle » de la gauche ? Comment qualifier la victoire de la droite ? Que conclure de la résurgence de listes Front national ?

Illustrations de l’article

L’évolution de l’abstention

aux élections municipales 

1983-2014

L’abstention

dans la petite couronne

La gauche aux élections municipales de 2014

Une étude de cas emblématique 

Saint-Denis 

aBSTENTION AUX MUNICIPALES EN PETITE COURONNE 1983 2014 l4ABSTENTION AUX MUNICIPALES DE 2014 La Gauche en petite couronne en 2014 Saint-Denis en 2014

L’article dans la revue Hérodote sur Cairn

Les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional à Paris et en Île-de-France, Mathieu Jeanne

Malgré l’abstention annoncée par les enquêtes d’opinion, les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional des 14 et 21 mars sont de taille. Il s’agit d’abord du contrôle du conseil régional d’Île- de-France, la région la plus peuplée et la plus riche de France. Au-delà de la rivalité médiatique qui oppose le sortant socialiste Jean-Paul Huchon et la ministre Valérie Pécresse, chaque camp politique joue gros dans cette élection. La droite unie, mais affaiblie par l’impopularité de Nicolas Sarkozy, doit prouver qu’elle peut rallier l’électorat de centre-droit. C’est la condition pour reconquérir les collectivités territoriales perdues ces dernières années. A gauche, la concurrence entre les différentes formations au premier tour définira le rapport de forces pour les prochaines échéances électorales : législatives de 2012 et élections des conseillers territoriaux en 2014.

Lire l’article