Archives par étiquette : Grand Paris

La Seine-Saint-Denis, encore une banlieue dans le Grand Paris ?

Serisier-Couverture-519x420

De quoi la Seine-Saint-Denis est-elle le nom ?

Périmètre administratif construit de manière géopolitique par les élus et fonctionnaires parisiens des années 1960 pour contenir le danger communiste, elle a été associée à une identité politique forte dès le début de son existence, site d’une contre-société communiste face à un Paris bourgeois et de droite. Au début des années 1980, on assiste, avec les crises économiques et urbaines, à une dépolitisation progressive de la société locale, à une identité stigmatisée et à une dégradation des conditions de vie des habitants. En 1998, un rapport sur les établissements scolaires du département décrit « des difficultés hors du commun » et un « environnement no future » (Éducation Nationale, 1998).

En 2005, des émeutes éclatent à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à l’est de la Seine-Saint-Denis. Dans l’évaluation sénatoriale de la politique de la ville réalisée à la suite des émeutes, les sénateurs décrivent « une concentration problématique des difficultés sociales » et proposent des mesures d’exception (Sénat, 2006). La Seine-Saint-Denis semble être le nom de la « banlieue » à la condition de comprendre cette notion en deux sens. La « banlieue » désigne la concentration des processus de paupérisation dans des espaces urbains périphériques. Sur ces territoires, l’attention médiatique se cristallise. Des politiques publiques s’exercent en faisant des banlieues des territoires « à part ». En outre, la Seine-Saint-Denis s’inscrit dans une région inégalitaire puisqu’elle contient également les départements les plus riches de France (Yvelines, Paris, Hauts-de-Seine) en termes de fiscalité et de revenus des ménages…

L’article dans la revue Urbanités

Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités géopolitiques

Le Grand Paris est-il mort, du moins dans sa dimension institutionnelle, celle d’une instance de gouvernance métropolitaine réunissant les élus de l’agglomération, comme l’affirme (et le souhaite) Jean-Paul Huchon, le président socialiste de la région Île-de-France  [2] ? De fait, le projet de loi « sur le Grand Paris », élaboré par Christian Blanc  [3], fait totalement l’impasse sur l’idée d’une communauté urbaine évoquée par Nicolas Sarkozy, un peu plus de deux ans plus tôt, à Roissy, en juin 2007. Un autre projet de loi « sur la réforme des collectivités locales », issu des travaux du Comité Balladur, est tout aussi silencieux sur cette question, alors qu’il propose pour onze grandes villes de province un nouveau statut, celui de « métropole », renforçant encore les pouvoirs des communautés urbaines ou d’agglomération existantes.

L’anormalité de la situation de Paris aurait-elle disparu miraculeusement, seule grande ville française et l’une des rares métropoles internationales à ne pas être dotée d’un système de gouvernance global ? La question de la gouvernance de l’agglomération parisienne aurait-elle cessé d’être un enjeu essentiel, une condition nécessaire au développement de la métropole parisienne ? Le problème aurait-il été résolu, la question épuisée, par l’élaboration d’un schéma stratégique par les services de Christian Blanc, la tenue d’une consultation internationale d’architectes, la création du syndicat Paris Métropole et par celle d’un nouvel établissement public, la Société du Grand Paris ? Non, bien sûr.

Comment expliquer alors la disparition de ce qui a été présenté comme un des « grands chantiers » du président ? Que cherche en réalité Nicolas Sarkozy et pourquoi a-t-il sorti des cartons un projet qui datait de près d’un siècle ? Pourquoi sa proposition a-t-elle suscité tant de réactions hostiles et de réticences ? Pourquoi a-t-il progressivement perdu l’initiative sur un processus qu’il a lui-même choisi d’enclencher ? L’État a-t-il simplement décidé de se passer des élus ?

Répondre à ces questions ne peut se faire sans utiliser les outils de la géopolitique. C’est-à-dire sans analyser les stratégies des différents acteurs, leurs objectifs, leurs intérêts, leurs relations de concurrence ou d’alliance, les rapports de forces qu’ils sont parvenus à établir, mais aussi la dynamique du processus conflictuel qui les oppose, ses temps forts, ses tournants qui s’expliquent en grande partie par ces rapports de forces et par l’habileté manœuvrière, les choix tactiques ou stratégiques de certains de ces acteurs. La façon dont Paris doit être gouverné est, depuis deux siècles au moins, une question géopolitique majeure en France. C’est cette dimension géopolitique qui permet d’expliquer pourquoi la Ville a été privée de maire pendant 182 ans (de 1795 à 1977), pourquoi, après l’annexion de 1860 réalisée autoritairement par Haussmann, sa superficie a pratiquement cessé d’augmenter  [4]   et donc pourquoi elle est dotée aujourd’hui d’un territoire beaucoup plus petit que toutes les autres grandes métropoles internationales  [5] pourquoi enfin le paysage intercommunal actuel de l’agglomération parisienne est si fragmenté  [6] Comprendre ce qui s’est passé depuis deux ans autour du projet de Grand Paris, implique donc d’aborder la question de la gouvernance de l’agglomération parisienne pour ce qu’elle est aussi et d’abord : une affaire de rivalités de pouvoir dont l’enjeu est le contrôle du territoire francilien.

Notes

[1] Géographe, Institut français de géopolitique, université Paris-VIII-Saint-Denis.
[2]« Le Grand Paris n’aboutira pas » (interview au Journal du Dimanche, 17/5/2008).
[3]Secrétaire d’État au Développement de la région Capitale, nommé par Nicolas Sarkozy en mars 2008.
[4]Mis à part l’annexion en 1891 du terrain de manœuvres d’Issy-les-Moulineaux, aujourd’hui transformé en héliport, et en 1929-1930 celle des bois de Boulogne et de Vincennes et des abords de l’enceinte de Thiers (la « zone »).
[5]89 km2, 105 avec les bois de Boulogne et de Vincennes, alors que Madrid, par exemple, couvre 607 km2, Berlin 891, Hong Kong : 1067, New York 1214, Londres 1579.
[6]Une trentaine de communautés de communes ou d’agglomération dans l’agglomération proprement dite, une centaine à l’échelle de la région Île-de-France tout entière, dont aucune ne comprend la Ville de Paris.

Lire l’article

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? Mathieu Jeanne

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

Lire l’article